top of page

À l’aide, mes règles sont absentes!

Dernière mise à jour : 21 août 2023

Dans cet article, on apprendra à propos de l'aménorrhée hypothalamique fonctionnelle (AHF), une condition dans laquelle vos règles disparaissent à cause du stress chronique. On explorera pourquoi le stress affecte nos règles, pourquoi les règles sont si importantes et ce que vous pouvez faire si vous essayez de récupérer de l'AHF.


Bonjour ! Je m'appelle Carly (she/her/elle) et je suis chercheuse ici à missINFORMED. Cet article est destiné à être une ressource pour ceux/celles qui sont (ou connaissent quelqu'un qui est) aux prises avec l'aménorrhée hypothalamique fonctionnelle (AHF). J'ai eu mes propres luttes personnelles avec l’AHF, une expérience qui a influencé mon point de vue à ce sujet. Je reconnais que mes expériences avec cette condition peuvent ne pas être les mêmes que d'autres et je n'ai pas l'intention de parler au nom de quiconque s'occupe de cette condition. Je ne suis pas un professionnel de la santé. Il est important de parler avec votre médecin si vous êtes aux prises avec l’AHF. Cela étant dit, je tiens également à reconnaître mon privilège en tant que femme cis-genre blanche ayant accès à une éducation postsecondaire, car ma position a façonné mes expériences de navigation dans le système de santé au Canada. Mon espoir est d'utiliser ma formation et mes expériences en tant que chercheuse pour fournir des informations scientifiquement fondées qui permettront aux autres de mieux comprendre leur corps et leur santé.


Introduction


Quelle relation avez-vous avec vos règles? Je suis certaine que je ne suis pas seule en disant que les règles peuvent être déplaisantes et énervantes. Certes, il est pourtant facile de les rejeter comme un fardeau mensuel, mais il est vrai que les règles et les hormones qui les règlent sont essentielles à votre santé générale. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles vos règles peuvent devenir irrégulières ou absentes dont certaines sont normales dont vous ne devez pas vous préoccuper. Pourtant, des règles manquantes pourraient aussi indiquer une suppression de vos hormones reproductives. Ignorer ceci cette suppression hormonale peut avoir un impact significatif sur votre santé. Ici, on approfondit nos connaissances sur l'aménorrhée hypothalamique fonctionnelle (l’AHF) une condition dans laquelle les règles disparaissent à cause du stress chronique. On explorera pourquoi le stress affecte nos règles, pourquoi les règles sont si importantes et ce que vous pouvez faire si vous essayez de récupérer de l'AHF.


*Certaines contraceptions hormonales, médicaments et certaines conditions médicales peuvent causer des irrégularités ou l’absence de vos règles. Ceci peut être totalement normal et non pas un signe préoccupant. L’information dans cet article se concentre spécifiquement sur l'aménorrhée hypothalamique fonctionnelle et son impact sur la santé générale. Compte tenu de ceci, certains renseignements ne s’appliqueront peut-être pas à vous. Si vous avez des préoccupations au sujet des règles irrégulières ou absentes, veuillez communiquer ces inquiétudes avec votre fournisseur de soins de santé qui peut évaluer vos circonstances individuelles.


L’axe hypothalamo–hypophyso-ovarien (HHO)


Pour mieux comprendre pourquoi nos règles peuvent disparaître, on doit premièrement comprendre les facteurs qui les maintiennent normalement. Le flux cyclique des hormones gère les fonctions reproductives (1). Dans les ovaires, ces hormones soutiennent la croissance et le développement d’un ovule et le processus par lequel l’ovule est libéré (l’ovulation) (1). Dans l'utérus, ces hormones soutiennent l'épaississement de la muqueuse utérine et sa perte si la grossesse ne se produit pas (1). La perte c’est que vous ressentez comme vos règles! Bien que les règles puissent être énervantes, elles indiquent un corps en bonne santé avec un cycle régulier des hormones reproductives.


Alors qu’est-ce qui maintient ce délicat équilibre d’hormones? C’est l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien. L’axe comprend trois parties: l’hypothalamus, l’hypophyse (la glande pituitaire), et les ovaires (1). Bien que ces composantes soient situées dans de différentes régions du corps, elles communiquent entre elles à l'aide des hormones, les messagers chimiques du corps. Un organe/tissu peut libérer une hormone spécifique à la circulation sanguine jusqu'à ce qu’elle atteigne l’organe/tissu destinataire. Là, l’hormone instruit aux cellules de cet organe/tissu de changer sa fonction d’une manière quelconque. Observons de plus près des composantes de l’axe HHO et les hormones impliquées:

  1. L’hypothalamus: L’hypothalamus est une région du cerveau avec une panoplie de différentes fonctions dont la production des hormones. Une des hormones qu’il produit c’est l’hormone de libération des gonadotrophines (GnRH) (1).

  2. L’hypophyse (la glande pituitaire) : une petite glande à la base du cerveau qui répond à la GnRH (1). La GnRH incite l’hypophyse à libérer deux autres hormones: l’hormone lutéinisante (LH) et l’hormone stimulant des follicules (FSH). Libérées à la circulation sanguine, ces hormones voyagent partout du corps jusqu’aux ovaires (1).

  3. Les ovaires répondent aux hormones LH et FSH, suscitant la production de l'oestrogène et la progestérone(1). C;est l’interaction et la coordination de la FSH, la LH, l'oestrogène et la progestérone qui contrôlent le cycle reproductif et maintiennent la régularité de nos règles* (1).


*Pour des renseignements plus détaillés sur comment ces hormones contrôlent le cycle menstruel, veuillez consulter cet article.


L'aménorrhée hypothalamique fonctionnelle (AHF)


Qu’est-ce que c’est? L'aménorrhée hypothalamique fonctionnelle (AHF) est une condition dans laquelle le cycle menstruel est absent pour au moins trois cycles à cause du déséquilibre hormonal (2,3,4). Ces déséquilibres ont lieu suite à la suppression de l’axe HHO. En supprimant l’axe HHO, on réduit d’autant moins la libération de la GnRH que les niveaux de la FSH, la LH, l'oestrogène et la progestérone baissent conséquemment (2,4).

Quels facteurs suppriment l’axe HHO? Quand on considère ce qui cause cette suppression, il y a trois facteurs principaux: trop d’exercice, la sous-nutrition (la restriction calorique), et le stress (1,2,4).





Vous avez peut-être entendu parler d'athlètes olympiques ou des marathoniennes pour qui les règles deviennent absentes à cause de leurs régimes sportifs extrêmes. Malheureusement, cette situation est beaucoup plus commune que vous ne l’auriez pensé. L’AHF affecte entre 3-5% des personnes qui ont des règles et ces taux sont plus élevés chez les athlètes quelconques (non seulement les olympiennes) (5). L’AHF se produit souvent lors des circonstances de disponibilité énergétique réduite (6). Imaginez que votre corps est comme un compte en banque et que l'énergie c’est l’argent. En consommant la nourriture, c’est comme ajouter de l’argent à votre compte, alors que le corps utilise constamment de l'énergie (6). Une portion significative de l'énergie est dépensée pour soutenir les fonctions essentielles pour la vie (le rythme cardiaque, la digestion, la respiration, etc.) (6). Au-delà de cette dépense, le corps dépense également de l'énergie pour accomplir des activités physiques (aller marcher avec son chien, aller au gymnase, jouer un sport) (6). Plus que l’on est physiquement actif, plus le corps dépensera d'énergie. Épuiser son énergie, c’est comme retirer de l’argent d’un compte en banque. La disponibilité énergétique réduite a lieu lorsque le corps n’a pas suffisamment d'énergie pour soutenir ses dépenses régulières (6). Un exemple, c’est lorsque vous commencez un nouveau régime sportif intense sans le soutenir avec plus de nourriture. Un autre exemple c’est lorsque l’on se met au régime restrictivement (en restreignant les calories ou les macronutriments tels que le gras ou les glucides) de sorte que le régime ne vous fournit pas assez d'énergie pour soutenir le fonctionnement quotidien.


Bien que les médias nous disent que nos corps doivent se conformer à une forme idéale (notamment une petite figure, valide et blanche) la vérité, c’est que nous sommes de différentes, belles formes et tailles. Essayer de se mincir, surtout avec des régimes intenses et extrêmes peut vous distancier de votre meilleure santé. Quand le corps n’a pas assez d'énergie, il devra donc adapter. Le cycle menstruel nécessite beaucoup d'énergie, surtout pour le maintenir (6). Bien qu’il soit important pour la santé générale, il n’est pas essentiel pour soutenir la vie. Alors, face à un déficit d'énergie, le corps conserve l'énergie disponible pour les fonctions essentielles à la vie et arrête les fonctions reproductives en supprimant l’axe HHO (6,7). Pour cette raison, les règles peuvent arriver lorsque l’on est au régime, on entreprend un régime sportif intense, ou après que l’on perd du poids rapidement (2,3,5,7).


Une idée fausse commune à propos de l’AHF c’est qu’elle n’affecte que celles qui ont un poids insuffisant. Bien que l’AHF soit plus commune chez les personnes avec un poids plus bas, ceci n’est pas toujours le cas (3,6). Tout le monde a de différents besoins caloriques en fonction de leurs styles de vie, leurs génétiques et leurs âges (3,8). Similairement, tout le monde a de différentes susceptibilités aux déficits énergétiques(6). Votre tolérance à un déficit d'énergie dépend de vos niveaux de stress psychologiques. Un stress psychologique, tel que le deuil ou le stress ressenti au cours d’une longue saison d’examens peut aussi provoquer la suppression de l’axe HHO (2,3). Quelqu’un qui vit avec un niveau élevé de stress constant aura un risque élevé de développer l’AHF lorsqu’au cours d’un déficit d'énergie (2,3). Plus souvent, c’est la combinaison du stress physique et émotionnel qui mène au développement de l’AHF (2,3). Des études précédentes ont signalé que les personnes de couleur ont un risque élevé de développer certaines conditions reproductives (9, 10, 11). Ce risque existe entièrement à cause du racisme systémique, qui parmi d’autres disparités présente un stress psychologique significatif (9,11). Présentement il n’y a pas suffisamment de données sur si l’AHF affecte les personnes de couleur de manière disproportionnée, suggérant un manque de recherche y compris un manque d’intérêt à cet enjeu important.


Un point important, c’est que les personnes affectées par l’AHF ne se ressemblent pas. Vous ne devez pas être une athlète olympique ou d’une taille particulière pour être affectée par l’AHF. Votre susceptibilité à développer l’AHF peut être différente dépendant de votre style de vie et de votre niveau de stress quotidien.


Est-ce vraiment important?


Peut-être que vous vous mettez à penser, les règles sont-elles si importantes? Bref, avoir un cycle menstruel* régulier indique avec confiance que nos hormones reproductives sont en équilibre (4,12). Sans le flux cyclique de ces hormones, le corps ne peut pas ovuler régulièrement (1,2,5). Cela rend très difficile tomber enceinte sans l’intervention médicale (2,5). Pour le monde avec l’AHF, qui réussissent tomber enceinte, il y a un risque élevé de complications telles que la fausse couche ou la naissance prématurée (5). Bien que l’on puisse résoudre l’AHF, elle peut avoir des effets durables sur la fertilité si on l’ignore.


** Ceci ne peut pas s’appliquer à vous si vous utilisez la contraception hormonale pour laquelle les règles peuvent devenir irrégulières ou absentes en tant qu’effet secondaire. On en discutera plus vers la fin de cet article.


Alors que les hormones reproductives sont essentielles pour la fertilité, elles sont importantes pour la régulation d’autres processus du corps (1,2,5,12). Un symptôme de l’AHF c’est de faibles niveaux d'oestrogène. L'oestrogène est extrêmement important pour un nombre d’autres systèmes de santé et des fonctions du corps tels que :


  • La santé squelettique (4,5,12,13,14) : L'oestrogène est importante pour la formation des os. Les os changent constamment avec la formation et dégradation du tissu osseux (5,13). Depuis la naissance jusqu'à la trentaine (environ), les os épaississent avec la formation de nouveaux tissus osseux (5,13). Ceci augmente la masse osseuse jusqu’au maximum. Au-delà de la trentaine, le taux de dégradation des tissus osseux dépasse le taux de formation, réduisant progressivement la masse osseuse (5,13). De faibles niveaux d'oestrogène pendant l’adolescence (une période pendant laquelle une croissance osseuse importante se produit), peut vous empêcher d’atteindre la masse osseuse maximale (5,13). Ceci augmente le risque de fractures, y compris le risque de l'ostéopénie et l'ostéoporose dans la vie adulte (5,6,13).


  • La santé cardiovasculaire (2,5,14): L'oestrogène a des effets protecteurs sur le système cardiovasculaire (5,14). L’AHF prolongée augmente le risque de développer des maladies cardiovasculaires (5,14).


  • La santé mentale (5,14) : Les hormones reproductives, dont l'oestrogène en particulier, aident à réguler l’humeur (5). De faibles niveaux d'oestrogène peuvent avoir un impact sur les substances chimiques dans le cerveau qui maintiennent l’humeur (5). Résultat, il serait d’autant plus difficile de gérer le stress que vous pourriez faire épreuve de niveaux élevés d'anxiété et de symptômes dépressifs (5,14).


  • La fonction sexuelle (15,16): L’AHF peut provoquer des changements dans l’appareil reproducteur de sorte que le sexe penetrant devienne douleureux (15). Par exemple, un symptôme de la déficience d'oestrogène, c’est une réduction de la lubrification vaginale (15). Aussi est-il commun que l’AHF réduise le désir pour l'activité sexuelle (l’absence de la libido).


Que pouvez-vous en faire?


Comment reconnaître l’AHF? Le symptôme principal de l'AHF, c’est l’absence des règles pour au moins trois cycles consécutifs sans une cause anatomique, ou interne (2,3,4). Si cela se produit, la première chose à faire, c’est d’en parler avec votre fournisseur primaire de soins de santé. Il y existe d’autres conditions à cause desquelles les règles peuvent devenir irrégulières ou absentes (2,3,5). L’AHF est un diagnostic par exclusion, ce qui veut dire que les fournisseurs de soins de santé doivent éliminer les autres conditions en premier (3). En suivant son cycle (ou l’absence que l'on aperçoit), peut être très utile pour ce processus. Suivre votre cycle vous permet de mieux comprendre votre cycle normal, qui le rend plus facile apercevoir lorsqu’il y a une perturbation. Avoir des données sur son cycle menstruel peut aussi aider à guider des conversations avec votre fournisseur de soins de santé. Vous pouvez trouver plus de renseignements sur comment suivre votre cycle ici.


Le traitement le plus couramment recommande, c’est d'éliminer les causes de suppression de l’axe HHO (3):

  • Si vous subissez de faibles niveaux d'énergie: il est recommandé de régler le déséquilibre en augmentant votre consommation d'énergie tout en réduisant le nombre d'énergie que vous dépensez (3). Ceci pourrait comprendre faire une pause d’un régime sportif intense et/ou des changements diététiques dans lesquels vous consommez plus d’aliments qui sont caloriquement denses. Souvent, la reprise des règles nécessite de prendre du poids, même si on est à un IMC ou un poids qui est classé comme étant en santé (2,3,9). Il pourrait aussi être utile de consulter un(e) diététicien(ne) qui peut évaluer vos besoins nutritifs spécifiques et assurer que vous y répondez.


*Bien que l’IMC soit couramment utilisé dans des milieux médicaux pour estimer la masse du corps, ce n'est pas une mesure parfaite (17). Il y a d’autres facteurs que la masse de gras qui peuvent porter une influence sur la mesure d’IMC. Des personnes avec un IMC élevé ne sont pas forcément en mauvaise santé, en surpoids, en insuffisance pondérale, ou obèses. Votre IMC, en tant que tel, offre très peu de renseignements sur votre santé générale.


  • Si vous subissez du stress psychologique: il est bénéfique de pratiquer des techniques pour vous aider à gérer ou alléger le stress là où possible (12). Il n’y a pas une seule façon pour gérer le stress, alors ce qui marchera pour vous sera votre méthode personnelle! Certaines suggestions comprennent écrire dans un journal de conscience, la méditation, ou s’adonner à un passe-temps créatif que vous aimez. Peu importe les stratégies que vous adoptez, une stratégie universelle pour gérer le stress, c’est de mettre en priorité le sommeil et le repos. S’assurer d’avoir assez de sommeil (entre 7-9 heures par nuit) peut aider le corps et l’esprit à gérer le stress (12).


Pour certaines plus que d’autres, ces conseils sont peut-être plus faciles à dire qu'à faire. Il est commun pour des personnes souffrant de l’AHF d’avoir des troubles de santé mentale sous-jacents, incluant les troubles alimentaires et la dysmorphie corporelle (3). Pour cette raison, la thérapie cognitivo-comportementale est souvent recommandée pour comprendre les comportements qui peuvent également contribuer à l'AHF (3,4). Un(e) psychiatre/psychologue peut aussi fournir du soutien émotionnel au cours du parcours de guérison (3,4).


Ne pouvez-vous pas juste utiliser une pilule contraceptive ou un appareil intra-utérin pour induire vos règles?


Certaines contraceptions hormonales, incluant certaines pilules des appareils intra-utérins peuvent affecter la régularité de votre cycle (3). Certains de ces outils contraceptifs peuvent vous empêcher d’avoir vos règles ou réduire leur fréquence même si le système reproducteur est en bonne santé. Ceci est parfaitement normal.


Cependant, d’autres types de contraceptions - notamment celles contenant de l'oestrogène, peuvent induire les règles même si vous avez l’AHF (16). Utiliser ces types de contraception lorsque vous avez l’AHF n’est pas recommandé. Le problème, c’est que ces types de contraception masquent le déséquilibre d’hormones dans le corps et rendent difficile de savoir si l’on peut ovuler et avoir ses règles soi-même. Les quantités d'oestrogène dans ces contraceptions ne sont pas suffisantes pour prévenir la perte osseuse chez les personnes affectées d’AHF. Dépendant de l’intervalle au long de laquelle vous n’avez pas eu de règles, il y a des thérapies de remplacement hormonal à courte durée (qui fournissent plus d'oestrogène que les pilules contraceptives) qui peut aider à protéger les os (2,3). La manière principale de gérer l’AHF vers la guérison c’est de comprendre et de gérer les sources du stress qui la causent; pourtant les thérapies de remplacement hormonal à courte durée peuvent être un outil bénéfique préférées à la contraception hormonale (2,3).


Conclusion


Si vous luttez avec l’AHF, vous n'êtes pas seule. Le parcours vers la guérison peut être difficile et frustrant; mais il y a de la lumière au bout de votre voyage. J'espère que cet article vous aura offert des renseignements qui vous aideront à vous sentir autonome et que vous vous sentirez encouragée de commencer le parcours vers la reprise des règles (si vous ne l’avez pas encore commencé).



Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !


References

  1. Murray CM, Orr CJ. Hormonal Regulation of the Menstrual Cycle and Ovulation. In Maternal-Fetal and Neonatal Endocrinology 2020 Jan 1 (pp. 159-167). Academic Press. Available from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B978012814823500012X#s0025

  2. Gibson ME, Fleming N, Zuijdwijk C, Dumont T. Where Have the Periods Gone? The Evaluation and Management of Functional Hypothalamic Amenorrhea. Journal of clinical research in pediatric endocrinology. 2020 Jan;12(Suppl 1):18. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7053439/pdf/JCRPE-12-18.pdf

  3. Gordon CM, Ackerman KE, Berga SL, Kaplan JR, Mastorakos G, Misra M, Murad MH, Santoro NF, Warren MP. Functional hypothalamic amenorrhea: an endocrine society clinical practice guideline. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism. 2017 May 1;102(5):1413-39. Available from: https://academic.oup.com/jcem/article/102/5/1413/3077281

  4. Cleveland Clinic. Q&A: Is Hypothalamic Amenorrhea to Blame for Your Missed Periods?. 2019 Sep 4. Available from: https://health.clevelandclinic.org/q-and-a-is-hypothalamic-amenorrhea-to-blame-for-your-missed-periods/ [Accessed 2021 Dec 8]

  5. Meczekalski B, Katulski K, Czyzyk A, Podfigurna-Stopa A, Maciejewska-Jeske M. Functional hypothalamic amenorrhea and its influence on women’s health. Journal of endocrinological investigation. 2014 Nov;37(11):1049-56. Available from: https://link.springer.com/article/10.1007/s40618-014-0169-3?TB_iframe=true&error=cookies_not_supported&code=23551ccf-104a-4e2e-87b5-810c0df3e82f

  6. Ryterska K, Kordek A, Załęska P. Has Menstruation Disappeared? Functional Hypothalamic Amenorrhea—What Is This Story about?. Nutrients. 2021 Aug;13(8):2827. Available from: https://www.mdpi.com/2072-6643/13/8/2827

  7. Allaway HC, Southmayd EA, De Souza MJ. The physiology of functional hypothalamic amenorrhea associated with energy deficiency in exercising women and in women with anorexia nervosa. Hormone molecular biology and clinical investigation. 2016 Feb 1;25(2):91-119. Available from: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26953710/

  8. Caronia LM, Martin C, Welt CK, Sykiotis GP, Quinton R, Thambundit A, Avbelj M, Dhruvakumar S, Plummer L, Hughes VA, Seminara SB. A genetic basis for functional hypothalamic amenorrhea. New England Journal of Medicine. 2011 Jan 20;364(3):215-25. Available from: https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/nejmoa0911064

  9. Prather C, Fuller TR, Jeffries IV WL, Marshall KJ, Howell AV, Belyue-Umole A, King W. Racism, African American women, and their sexual and reproductive health: a review of historical and contemporary evidence and implications for health equity. Health equity. 2018 Sep 1;2(1):249-59. Available from: https://www.liebertpub.com/doi/pdfplus/10.1089/heq.2017.0045

  10. Rosenthal L, Lobel M. Gendered racism and the sexual and reproductive health of Black and Latina Women. Ethnicity & health. 2020 Apr 2;25(3):367-92. Available from: https://courseplus.jhu.edu/filedepot/onlinelibrary/878/Rosenthal%20et%20al%202018.pdf

  11. El-Mowafi IM, Yalahow A, Idriss-Wheeler D, Yaya S. The politest form of racism: sexual and reproductive health and rights paradigm in Canada. Reproductive Health. 2021 Dec;18(1):1-5. Available from: https://link.springer.com/article/10.1186/s12978-021-01117-8

  12. Pape J, Herbison AE, Leeners B. Recovery of menses after functional hypothalamic amenorrhoea: if, when and why. Human reproduction update. 2021 Jan;27(1):130-53. Available from: https://academic.oup.com/humupd/article-abstract/27/1/130/5927574

  13. NIH. Osteoporosis: Peak Bone Mass in Women. 2018 Dec. Available from: https://www.bones.nih.gov/health-info/bone/osteoporosis/bone-mass [Accessed 2021 Dec 8]

  14. Podfigurna A, Meczekalski B. Functional Hypothalamic Amenorrhea: A Stress-Based Disease. Endocrines. 2021 Sep;2(3):203-11. Available from: https://www.mdpi.com/2673-396X/2/3/20

  15. Roberts RE, Farahani L, Webber L, Jayasena C. Current understanding of hypothalamic amenorrhoea. Therapeutic advances in endocrinology and metabolism. 2020 Jul;11:2042018820945854. Available from: https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2042018820945854

  16. Shufelt CL, Torbati T, Dutra E. Hypothalamic amenorrhea and the long-term health consequences. InSeminars in reproductive medicine 2017 May (Vol. 35, No. 03, pp. 256-262). Thieme Medical Publishers. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6374026/

  17. Nuttall FQ. Body mass index: obesity, BMI, and health: a critical review. Nutrition today. 2015 May;50(3):117. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4890841/











26 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page