top of page

Au secours! Mon vagin dégage une odeur de... vagin?

Dernière mise à jour : 21 août 2023


hygiène menstruelle 101

Il arrive souvent que les questions que l’on pose concernant la santé n’ont pas de réponses simples. Que se passe-t-il durant mes menstruations? Devrais-je faire un auto-examen des seins? Qu’est-ce qui cause le SPM?


Par contre, dans le cas du nettoyage de la vulve et du vagin, la réponse est très facile. Pour vous nettoyer la vulve, de l’eau tiède est tout ce dont vous avez besoin et pour vous nettoyer le vagin, vous n’avez absolument besoin de rien. Je sais... cela semble trop facile! Mais c’est pourtant vrai, à la fois durant vos menstruations et en tout autre temps!

Commençons par nous pencher rapidement sur l’anatomie. La vulve est l’appareil reproducteur et sexuel externe des personnes de sexe féminin à la naissance (1). C’est la partie de vos organes génitaux qui touche vos vêtements. Il comprend le mont pubien, les petites lèvres, les grandes lèvres, le clitoris, les ouvertures urétrale et vaginale et le périnée. Le vagin est le passage interne qui s’étend de l’ouverture du vagin jusqu’au col utérin (2). Le vagin est une partie de l’appareil reproducteur et sexuel interne des personnes de sexe féminin à la naissance.


Il n’y a rien d’intrinsèquement « sale » ou de « nauséabond » par rapport au vagin, à la vulve ou à vos menstruations. L’odeur dégagée par le vagin et la vulve est tout à fait normale. Durant vos menstruations, votre vagin ne dégage pas une « odeur bizarre ». Il sent exactement ce qu’il doit sentir – votre vulve et votre vagin n’ont pas besoin de dégager une odeur de brise hawaïenne ou de clémentine à la vanille ou goûter comme un bâtonnet glacé crémeux à la cerise pour être considérés comme étant propres, sains ou désirables. Si quelqu’un essaie de vous faire croire le contraire, le problème vient d’eux pas de vous.

Si l’odeur de votre vulve ou de votre vagin vous préoccupe, vous pourriez en discuter avec un professionnel de la santé. Ce n’est certainement pas un problème que vous devriez essayer de « régler » avec des produits parfumés.


Le vagin : Laissez-le tranquille!

Autrement dit, vous ne devriez pas utiliser quoi que ce soit pour nettoyer votre vagin. Aucun produit qui prétend nettoyer votre vagin, même si sa description semble attrayante et scientifique, ne fonctionne. Votre vagin se nettoie par lui-même à la fois pendant vos menstruations et en tout autre temps!


Le vagin abrite des bactéries saines qui composent la flore vaginale (3). Ces bactéries constituent la première ligne de défense contre les infections vaginales, soit qu’elles détruisent directement les bactéries nocives ou les dépassent largement en nombre, ce qui fait en sorte que les bactéries nocives ne peuvent pas survivre. Lorsque vous introduisez un produit dans votre vagin qui doit « supposément » le nettoyer, vous perturbez la flore qui y réside. Les douches vaginales, qui « nettoient » le canal vaginal avec de l’eau et d’autres liquides (comme du vinaigre et du bicarbonate de soude), sont un exemple d’un procédé pouvant gravement nuire à ces bactéries saines (4). L’utilisation de tels produits entraîne un risque accru d’infections puisque vous avez essentiellement éliminé ou affaibli votre première ligne de défense. La vaginose bactérienne constitue un exemple d’infection possible.


Vous pourriez remarquer un écoulement clair ou légèrement laiteux sur vos sous-vêtements ou sur le papier hygiénique après vous être essuyée – ces pertes proviennent de votre vagin puisque c’est ainsi qu’il se débarrasse des cellules et des liquides qui ne sont plus utiles (5). Il s’agit d’une autre façon pour votre vagin de se nettoyer par lui-même et de rester en santé! Les pertes vaginales sont entièrement normales lorsqu’elles sont inodores ou présentent une faible odeur. Si votre vagin sent plutôt le « poisson » ou si vous êtes préoccupée par l’odeur de vos pertes, il pourrait être important d’en parler à un médecin. Ce n’est pas une bonne idée d’essayer de masquer l’odeur qui s’en dégage au moyen de parfums vaginaux/vulvaires, de déodorants ou de lingettes/d’atomiseurs parfumés. Ces produits peuvent irriter la peau de la vulve et perturber la flore vaginale.


La vulve : de l’eau, c’est tout ce qu’il vous faut!

Garder votre vulve propre est aussi très facile, à la fois durant vos menstruations et en tout autre temps! Tout ce qu’il vous faut, c’est de l’eau tiède pour rincer la vulve (6). Il est préférable de la laver uniquement avec vos mains, étant donné que des débarbouillettes et des éponges peuvent irriter la peau. Durant vos menstruations, vous n’avez pas à vous préoccuper de nettoyer votre vulve plus souvent qu’à l’habitude pour la garder propre et saine. Si vous vous sentez inconfortable ou si du sang séché se trouve sur votre vulve, vous pouvez la rincer à l’eau tiède plus souvent.


Des lingettes, des atomiseurs, des déodorants ou des parfums ne nettoient pas votre vulve mieux que ne le ferait de l’eau. En fait, ces produits contiennent souvent des ingrédients pouvant irriter la peau de la vulve. Cela est particulièrement vrai pour les produits parfumés puisque les parfums sont souvent abrasifs pour la peau. Un sondage mené auprès de 1 435 Canadiens (composé à 98,6 % de femmes cisgenres, à 0,1 % de femmes transgenres, à 0,6 % d’hommes transgenres et à 0,8 % de répondants n’ayant pas fourni d’information sur leur sexe) a montré que les répondants ayant utilisé des produits d’hygiène vaginale/génitale présentaient trois fois plus de risque de rapporter des antécédents de vaginose bactérienne, d’infections fongiques, d’infections des voies urinaires, ou d’infections transmises sexuellement (7).


Si vous utilisez régulièrement des lingettes, des atomiseurs, des désodorisants et d’autres produits de ce genre, nous savons qu’il peut être difficile de cesser d’utiliser immédiatement ces produits. Vous pouvez commencer par diminuer progressivement votre fréquence d’utilisation en passant d’une utilisation quotidienne à une utilisation tous les deux ou trois jours, puis à une utilisation hebdomadaire, jusqu’à ce que vous vous sentiez à l’aise de ne plus vous servir du tout de ces produits. Entre-temps, vous pouvez vous laver la région vulvaire à l’aide d’eau tiède de quelques fois à plusieurs fois par jour si cela facilite votre abandon progressif de ces produits nocifs. Bien que cela ne soit pas strictement nécessaire, vous pouvez aussi utiliser un savon doux non parfumé sur la vulve (en étant toujours vigilante par rapport aux réactions allergiques ou aux irritations cutanées).


Vagisil, Summer’s Eve : On vous voit, et on n’aime pas ça

Bien que l’eau soit tout ce dont vous avez besoin pour vous nettoyer la vulve et que vous n’avez absolument besoin de rien pour vous nettoyer le vagin, il y a toute une industrie qui s’emploie à répondre à ce besoin. Il existe une pléthore de produits qui sont conçus pour supposément vous « nettoyer » la vulve et le vagin, et de fausses déclarations et stratégies de marque ciblées qui incitent les personnes qui ont un vagin à le faire.


Qui plus est, l’industrie se fonde sur des croyances traditionnelles voulant que le vagin et la vulve soient des parties du corps intrinsèquement sales et repoussantes. Cela est devenu très évident lorsque Vagisil a lancé une nouvelle gamme de produits appelée « OMV! », un jeu de mots qui rappelle le « OMG » que les jeunes utilisent fréquemment. Cette nouvelle gamme de produits, qui comprend un nettoyant, des lingettes antisudorifiques et un sérum anti-démangeaisons, est conçue spécifiquement pour les adolescentes. Tout ce qui me vient à l’idée c’est... « OMG pourquoi ces produits existent-il? »


Les médecins, particulièrement les obstétriciens-gynécologues, n’ont pas du tout été impressionnés par le fait que Vagisil ait choisi de cibler les adolescentes et de leur proposer ces produits inutiles (8). La Dre Jen Gunter a mené une campagne de désapprobation contre Vagisil et la gamme de produits OMV! sur Twitter. Elle a particulièrement dénoncé les messages de marketing qui prétendaient qu’il fallait mettre fin à la « mauvaise odeur des menstruations » et ne pas laisser les démangeaisons du bikini nous déranger ». La propagation de telles prétentions indiquant que votre vagin et votre vulve ont « besoin d’être astiqués » signifie clairement que ces zones sont intrinsèquement sales et malpropres.


Il est important de noter que les démangeaisons dans la région du bikini sont un problème qui doit être discuté avec votre médecin, non pas quelque chose qui doit être masqué avec une crème. Ces produits sont non seulement susceptibles d’aggraver l’irritation, mais ils peuvent aussi masquer un problème plus grave. Selon la Dre Tanouye, le « parfum est la première cause de dermatite de contact due à une allergie » ce qui signifie que ces produits sont susceptibles d’être à l’origine de vos démangeaisons plutôt que de les guérir (8).


Il faut également faire de preuve de prudence, car même si des produits indiquent qu’ils sont testés par des gynécologues, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont recommandés ou approuvés par ces derniers, et encore moins que vous en avez besoin (8). Une entreprise pourrait par exemple demander à un gynécologue de tester le produit. Même si ce dernier signale des irritations chez leurs patients, le produit pourrait quand même porter la mention « testé par un gynécologue ». Ces étiquettes sont créées pour démontrer une validité scientifique qui n’existe pas. Si un tel produit vous intéresse, il est préférable d’en parler directement à votre médecin de famille ou à votre gynécologue.

Même si Vagisil prétend avoir créé OMV! parce que les adolescentes et leurs mères voulaient des produits de soins personnels conçus pour répondre à leurs besoins, la Dre Jones suggère une raison plus insidieuse concernant cette gamme de produits dans sa vidéo YouTube. « [Ces produits] attirent [les adolescentes] au début de leur puberté, alors elles croient qu’elles en auront fondamentalement besoin toute leur vie » (8). Bien que les produits OMV! aient été créés (selon Vagisil) en collaboration avec des adolescentes et des mères, cela ne signifie pas pour autant que Vagisil a essayé d’informer ces personnes qu’il n’était pas nécessaire de les utiliser. Ils ont plutôt misé sur l’insécurité souvent éprouvée par les femmes concernant l’hygiène des parties intimes.


Cette annonce de Summer’s Eve prétend que « l’hygiène féminine » est un produit que l’on ignore dans la salle de bain, puis déclare que « certaines femmes pensent qu’elles n’en ont pas besoin. » Si vous êtes cette personne, vous avez absolument raison. Peu importe leur insistance à affirmer que leur produit a un « pH équilibré » et peut être « utilisé quotidiennement en toute sécurité », il n’en demeure pas moins que vous n’en avez pas besoin. Votre vagin et votre vulve jouissent naturellement d’un pH équilibré (les bactéries saines présentes dans votre vagin s’en occupent!). Ces produits essaient littéralement de régler un problème qui n’existe pas, et ce faisant, causent probablement ce même problème.


La santé de nos vagins et de nos vulves n’est pas un sujet tabou dans la salle de bain (ou dans toute autre pièce) et nous ne devrions jamais être gênées de parler de ces questions. Le seul sujet tabou dans ce cas, c’est l’industrie insidieuse de « l’hygiène féminine » qui profite de notre insécurité et nous dit à quoi nos vagins et nos vulves devraient ressembler, quelle odeur devrait s’en dégager et la sensation qu’elles devraient procurer (ce qui est pratiquement impossible à faire si l’on n’utilise pas ces produits). La publicité se termine en nous demandant d’utiliser leurs produits pendant une semaine... non merci, Summer’s Eve, c’est une semaine de trop.


Si vous avez des commentaires sur cet article ou sur tout autre article rédigé par missINFORMED, veuillez nous contacter à info@missinformed.ca. Nous apprécions et encourageons tous les commentaires, car ils contribuent à la croissance et à l’évolution de notre organisation.


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !



Références

  1. Goodman H, Cunningham L. Anatomy of the Vulva. University of Rochester Medical Centre. Available from: https://www.urmc.rochester.edu/encyclopedia/content.aspx?contenttypeid=34&contentid=19522-1. [Accessed 25 May 2021].

  2. Tsili AC. Vagina and Vulva. In: Forstner R, Cunha Tm, Hamm B. (eds.) MRI and CT of the Female Pelvis. Medical Radiology. Springer, Cham; 2017, p.343-368. https://doi.org/10.1007/174_2017_44.

  3. Lewis FMT, Bernstein KT, Aral SO. Vaginal microbiome and its relationship to behavior, sexual health, and sexually transmitted diseases. Obstetrics & gynecology; 2019, 129(4), 643-654. Available from: https://www.doi.org/10.1097/AOG.0000000000001932.

  4. Cottrell, BH. Vaginal douching. Journal of Obstetric, Gynecologic & Neonatal Nursing; 2003, 32(1): 12-18. Available from: https://doi.org/10.1177/0884217502239796.

  5. Vaginal discharge. American Family Physician; 2004, 69(9), 2191-2192. Available from: https://www.aafp.org/afp/2004/0501/p2191.html.

  6. Vulvar care. Journal of Midwifery & Women’s Health; 2012, 57(3): 311-312. Available from: https://doi.org/10.1111/j.1542-2011.2012.00183.x.

  7. Crann SE, Cunningham S, Albert A, Money DM, & O’Doherty KC. Vaginal health and hygiene practices and product use in Canada: A national cross-sectional survey. BMC Women’s Health; 2018, 18(52). Available from: https://doi.org/10.1186/s12905-018-0543-y.

  8. Blum D. When Vagisil Targeted Teens, the Backlash was swift. The New York Times; 2021 Feb 18. Available from: https://www.nytimes.com/2021/02/18/well/vagisil-omv-teens.html.

134 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page