top of page

C’est quoi la vaginose bactérienne?


Dans cet article, missINFORMED traite une condition appelée la vaginose bactérienne et répond aux questions suivantes:


  • Qu’est-ce la vaginose bactérienne?

  • Qu’est-ce qui cause la vaginose bactérienne?

  • Quelles sont les symptômes de la vaginose bactérienne?

  • Que devrais-je faire si j’ai les symptômes de la vaginose bactérienne?

  • Y a-t-il une façon d'empêcher la vaginose bactérienne?

  • La vaginose bactérienne est-elle contagieuse?



C’est quoi la vaginose bactérienne?


Le court: la vaginose bactérienne est une condition provoquée par un déséquilibre entre les bactéries “amicales” et “inamicales” dans le vagin (1,2).

Le vagin abrite une abondance de bactéries différentes qui forment son microbiome (1). Le vagin fournit de la chaleur et des nutriments, qui soutiennent la croissance des communautés bactériennes (1). Même que les bactéries qui vivent dans l’intestin, pas toutes les bactéries qui se développent dans le vagin sont créées également. Quelques bactéries, les bactéries “amicales,” rendront l'hospitalité du vagin en protégeant l'écosystème vaginal contre l’invasion des bactéries nocives ou “inamicales” (1). Bien que les bactéries “amicales” aident à maintenir la santé du vagin, une prolifération des bactéries “inamicales” peut le perturber (1). Quand les bactéries “inamicales” perturbent l'écosystème vaginal, un individu peut développer une infection ou d’autres conditions (1). Compte tenu de tout ceci, la VB est une des conditions vaginales les plus communes parmi les individus en âge de procréer (âges 14-49) (3). Il est causé par une perturbation de l'équilibre naturel des bactéries dans le vagin (2,4). Ceci peut être appelé la dysbiose (2,4). Le déséquilibre signifie qu’il y a moins de bactéries “amicales” et plus de bactéries “inamicales.” Tandis qu’il y a quelques espèces de bactéries qui sont couramment associés au VB, c’est le déséquilibre entre les différentes populations de bactéries qui est suspecté de provoquer le VB (2,4).


Qu’est-ce qui cause la vaginose bactérienne?

Le court: la cause exacte de la VB n’est pas claire. Cependant, certaines choses peuvent vous rendre plus susceptible de développer la VB. Ceux-ci incluent l’utilisation récente d’antibiotiques, fumer des cigarettes, l’utilisation d’un dispositif intra-utérin (DIU), les douches vaginales et avoir plusieurs partenaires sexuels (6).


Malheureusement, la cause de ces changements dans la population de bactéries dans le vagin n’est pas complètement comprise. Le microbiome vaginal est dynamique, ce qui signifie qu'il peut changer tout au cours de la vie d’une personne basée sur les fluctuations hormonales et les habitudes de vie (1,2,5). Par exemple, la baisse d'oestrogène ressenti après la ménopause peut augmenter le risque d’un individu de développer la VB (2). Les autres facteurs de risque qui peuvent augmenter vos chances de développer la VB incluent l’utilisation récente d’antibiotiques, fumer des cigarettes, utiliser un dispositif intra-utérin (DIU) et faire les douches vaginales (6). L'activité sexuelle (peu importe si votre partenaire a ou n’a pas la VB) peut augmenter vos chances de développer le VB (6).


Les populations de bactéries vaginales peuvent aussi différer naturellement entre les individus (2,5,7,8). Quelques études ont attribué ces différences à la race (7). Ces études ont trouvé que certaines races, spécifiquement, les personnes Noires, étaient plus probables d’avoir les vagins avec les espèces de bactéries liées à la VB et les taux plus élevés de VB (3,7). Cependant, conclure que ces différences sont le résultat de la race ne tient pas compte de la flexibilité et la nature constamment changeante des populations bactériennes et classifie la race incorrectement comme une catégorie biologique au lieu d’une catégorie sociale. Les populations bactériennes sont influencées par notre âge, l'environnement où nous grandissons/vivons et nos habitudes de vie (2,5,8). Les disparités raciales actuelles qui existent dans notre société et système de santé sont la cause la plus probable des différences qui existent dans les microbiomes vaginaux et les taux de VB entre les races (8).


Quels sont les symptômes de la vaginose bactérienne?

Le court: le symptôme le plus commun de la VB est les changements à la couleur et l’odeur de la décharge vaginale (6). C’est aussi extrêmement commun pour quelques personnes de ne montrer aucun signe ou symptôme de la VB (3).


La partie la plus épineuse de la VB est que plusieurs personnes (jusqu'à 84%) ne montrent aucun signe ou symptôme (3). Les symptômes les plus communs sont les changements de la couleur ou l’odeur de la décharge (fluide) vaginale (6). Spécifiquement, la décharge peut sembler blanchâtre, gris, ou verdâtre et il peut avoir une odeur désagréable “de poisson” (6). Les symptômes moins communs incluent la démangeaison, une sensation brûlante après avoir uriné et la douleur pendant le sexe.



Si vous montrez les symptômes de la VB, c’est vraiment important de visiter un médecin. Plusieurs des symptômes de la VB sont similaires aux autres infections vaginales plus sérieuses et les infections sexuellement transmissibles (ISTs). Il est important d'identifier la cause de vos symptômes pour vous assurer que vous traitez l’infection d’une manière  appropriée. La VB pas traitée peut aussi provoquer d'autres problèmes de santé. La VB pas traitée peut vous permettre d'attraper plus facilement les infections sexuellement transmissibles (ISTs) telles que l'herpès génital, la gonorrhée ou le chlamydia (6,9). Il peut également augmenter votre risque d’infection et de propagation du VIH (9). Si vous subissez une intervention chirurgicale impliquant le vagin ou l'utérus, la VB pas traitée peut vous rendre plus susceptible de développer une infection après la chirurgie. Si vous êtes enceintes, la VB pas traitée peut augmenter votre probabilité d’une naissance prématurée (avant 37 semaines de grossesse) ou d'accoucher un bébé à un faible poids de naissance (<5.5lbs) (6,9,10).

Que devrais-je faire si j’ai les symptômes de la vaginose bactérienne?

Le court: la meilleure chose que vous pouvez faire est d’aller voir votre fournisseur de soins. Ensemble vous pouvez évaluer vos symptômes, vos risques de complications et options pour le traitement. Pour les personnes qui montrent des symptômes, les antibiotiques sont couramment la seule façon prouvée de traiter la VB (6,9,10).


Premièrement, il est important de comprendre que la VB est très commune et ne devrait pas causer la honte. Une méconnaissance commune est qu’avoir la VB signifie que vous êtes sale, mais ceci n’est pas le cas (11). En fait, certaines méthodes de nettoyage telles que les douches vaginales ou l’utilisation du savon dans le vagin peut enfin donner lieu à la VB (9). Plusieurs personnes luttant contre la VB peuvent se sentir gênées ou angoissées par ce diagnostic, mais il n’y a pas de raison pour vous culpabiliser (11). Alors qu’il y a des choses que vous pouvez faire pour vous protéger, il n’y a pas de façon garantie de l'empêcher. Voici ce que vous pouvez faire si vous suspectez que vous avez la VB.


La première étape est de consulter votre fournisseur de soins de santé. Il est important pour votre santé et la santé de vos partenaire(s) sexuelles pour découvrir si vous avez le VB. Votre médecin peut poser des questions à propos de votre histoire médicale et habitudes pour évaluer votre risque de développer le VB (6). Votre médecin effectuera probablement un examen pelvien pour diagnostiquer le VB (6,10). Cet examen leur permet d'identifier les signes visuels de la VB et de collecter un petit échantillon de fluide vaginal (6,10). Après avoir fait quelques tests sur l'échantillon, votre médecin peut vous dire si vous avez la VB (6,10). Il est utile d'essayer de planifier ce rendez-vous pour un jour où vous n’avez pas vos règles (10). Il est aussi utile de ne pas faire une douche vaginale, avoir des relations sexuelles, ou insérer n’importe quoi dans votre vagin pendant 24 heures avant votre rendez-vous (10). Ces choses peuvent introduire les bactéries et irriter le vagin, ce qui peut interférer avec votre examen (10).


La seule méthode prouvée de traiter le VB est avec les antibiotiques Métronidazole ou Clindamycine (6,9,10). Ces deux sont disponibles comme une pilule orale ou un crème/gel vaginal (6,9). Si vos symptômes disparaissent au milieu de votre traitement antibiotique, soyez certain de continuer votre traitement comme prescrit. Compléter le traitement antibiotique complet va aider à empêcher la VB de revenir (9,10). Le traitement antibiotique est typiquement recommandé pour les personnes qui montrent les symptômes de la VB et pour ceux qui ont un risque additionnel de complications sérieuses (9).


Le traitement antibiotique n’est pas toujours requis. Si vous ne montrez pas de symptômes, votre médecin peut simplement vous demander de vous surveiller pour des symptômes additionnels sans prescrire un traitement additionnel (9). Il n’y a pas de raison d'inquiéter si  vous figurez parmi ce groupe ! À peu près 30% des cas de VB se résoudront tout seul (6). La meilleure approche est d'être ouverte avec votre médecin à propos de vos symptômes et inquiétudes. Ensemble vous pouvez évaluer vos options pour trouver un plan de traitement qui vous conviendra le mieux!


Qu'en est-il des probiotiques? Vous avez peut-être entendu des gens discuter à propos d'utiliser les suppléments probiotiques (des organismes vivants utiles) pour traiter la VB. Ce mode de traitement n’a pas été bien recherché. Il n’y a pas assez de preuves que les probiotiques sont un traitement efficace pour la VB (9). La régulation et le contenu des suppléments probiotiques varient autour du monde, alors plusieurs de ces produits peuvent être de mauvaise qualité (9). Plus de recherches sur et la régulation de ces produits est nécessaire avant qu’ils puissent être considérés comme un traitement utile pour la VB.


Y a-t-il une façon d’empêcher la vaginose bactérienne?


Le court: il n’y a pas de façon garantie d'empêcher la VB (12). Cependant, vous pouvez réduire votre risque par éviter les douches vaginales, empêcher le contact entre le vagin et l'anus et d’employer des pratiques sexuelles sans risque (9,12,13).


Il n’y a pas de façon pour garantir que vous n'attrapez pas la VB (12). Heureusement, il y a des façons de réduire votre niveau de risque.


Éviter les douches vaginales (9,10). Les douches vaginales peuvent changer l'équilibre naturel des bactéries du vagin. Heureusement pour nous, le vagin se nettoie lui-même (voir notre article précédent sur l'hygiène vaginale pour plus d'informations).


Éviter de toucher le vagin avec tout ce qui a touché l’anus (12). Semblablement au vagin, notre système digestif abrite plusieurs types de bactéries. Tandis que la plupart de ces bactéries sont inoffensives ou même bénéfiques pour notre côlon, elles peuvent être dangereuses pour le vagin. Pour empêcher ces bactéries d’entrer le vagin, soyez certain d’essuyer d’avant vers l’arrière après allez à la toilette, nettoyez les accessoires sexuels après chaque utilisation et éviter d’avoir le sexe vaginal après le sexe anal (12).


Utiliser une barrière de protection lors des rapports sexuels (9,12). Chaque partenaire sexuel peut introduire une nouvelle espèce de bactérie qui peut influencer l'équilibre de votre vagin (13). Avoir plusieurs partenaires sexuel(les) peut augmenter votre risque de développer la VB (9,13). Utiliser une barrière de protection peut aider à réduire votre risque de développer la VB (9,12). La protection barrière comprend l'utilisation de préservatifs lors de rapports sexuels avec pénétration ou d'utilisation de jouets sexuels et l'utilisation d'une digue dentaire lors de rapports sexuels oraux (12). Ces méthodes peuvent tous les deux aider à empêcher l’introduction de nouvelles bactéries dans le vagin (9). La protection barrière vous aide aussi à protéger contre les infections sexuellement transmissibles, ce qui est encore plus important si vous avez la VB (9,12).



La vaginose bactérienne est-elle contagieuse?

Le court: il est peu clair si la VB peut se transmettre entre les partenaires sexuelles (6,13). Avoir des relations sexuelles avec quelqu'un qui a la VB ou a récemment eu des relations sexuelles avec quelqu'un qui a la VB ne garantit pas que vous la développerez aussi (12). L'activité sexuelle sans protection, compte tenu de si votre partenaire a un vagin ou un pénis, va augmenter votre risque de développer la VB (12). Ce risque augmente encore plus si votre partenaire a la VB (16).


Il y a un débat quant à savoir si la VB est contagieuse (12,13). Il n’y a pas une seule bactérie responsable du VB qui peut être transmise entre les personnes (2,4). Cependant, l’introduction de trop de bactéries “inamicales” via un(e) partenaire sexuel(le) peut perturber l'équilibre naturel de bactéries dans le vagin (2,4). Le VB n’est pas considéré comme une infection sexuellement transmissible parce qu’il ne se transmet pas exclusivement par l'activité sexuelle (les personnes qui n’ont jamais eu de relations sexuelles peuvent toujours obtenir le VB) (12). De plus, avoir des relations sexuelles avec quelqu'un qui a la VB ou qui a récemment eu un(e) partenaire sexuel(le) avec la VB ne garantit pas que vous la développerez (12). Cela étant dit, les activités sexuelles sans protection (surtout entre les partenaires ou une personne a le VB) peuvent augmenter votre risque de développer la condition considérablement (9,12,16).



Le pénis n’a pas le même équilibre délicat de bactéries que le vagin (9). Les personnes avec un pénis ne peuvent pas développer la VB; cependant, il n’est pas clair si ces gens peuvent transmettre la VB entre leurs partenaires sexuels (9,17). Le pénis abrite différentes espèces de bactéries et cette population bactérienne varie selon les partenaires sexuels actuels de la personne (17). Les rapports sexuels avec pénétration sans protection transmet les bactéries (“amicales” et “inamicales” toutes les deux) au vagin (17). Cette introduction de bactéries peut déséquilibrer les bactéries dans le vagin, augmentant le risque de développer la VB (17).


La VB se produit plus fréquemment chez les partenaires sexuels qui ont tous les deux les vagins (3,9,12,16). Ceci est parce que c’est plus facile pour les bactéries d'être transmises par l'échange direct des fluides vaginaux (16). Si votre partenaire développe la VB, il est important de vous surveiller également pour les symptômes. La meilleure façon de vous protéger est d’utiliser la protection barrière lorsque vous avez des relations sexuelles de toute nature et de réduire l'échange des fluides vaginaux (ex. par nettoyer les accessoires sexuels entre les usages) (3,9,12). Ces mesures préventives vont vous aider à réduire votre risque de développer la VB que votre partenaire l’ait ou avait récemment eu des relations sexuelles avec quelqu’un qui a la VB (9,12).


Toutes les sources ne spécifient pas l'identité de genre. Basée sur la représentation historique dans les études scientifiques, il est probable que ces études incluent seulement les personnes cisgenres. Il y a des indices que la vaginose bactérienne peut se produire dans les néovagins (les vagins construits chirurgicalement), mais il y a des recherches limitées sur sa gestion et son traitement. Les recherches limitées qui existent suggèrent que les méthodes différentes de traitement peuvent être plus efficaces pour la gestion de la VB pour les individus avec les néovagins. Ceci est un sujet important pour la recherche au futur pour assurer que toutes les personnes avec les vagins reçoivent les meilleurs soins possibles.


Si vous avez des commentaires sur ce message ou sur n’importe quel contenu créé par missINFORMED, veuillez nous contacter à info@missinformed.ca. Nous apprécions et accueillons tous les commentaires, car nous nous engageons à poursuivre la croissance et l'amélioration de notre organisation.




 


References

  1. Ma B, Forney LJ, Ravel J. Vaginal microbiome: rethinking health and disease. Annual review of microbiology. 2012; 66:371-389. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3780402/pdf/nihms508704.pdf

  2. Cribby S, Taylor M, Reid G. Vaginal microbiota and the use of probiotics. Interdiscip Perspect Infect Dis. 2008;2008:256490. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2662373/pdf/IPID2008-256490.pdf

  3. Koumans EH, Sternberg M, Bruce C, McQuillan G, Kendrick J, Sutton M, Markowitz LE. The prevalence of bacterial vaginosis in the United States, 2001–2004; associations with symptoms, sexual behaviors, and reproductive health. Sexually transmitted diseases. 2007 Nov 1;34(11):864-9. Available from: https://journals.lww.com/stdjournal/Fulltext/2007/11000/The_Prevalence_of_Bacterial_Vaginosis_in_the.6.aspx

  4. Han Y, Liu Z, Chen T. Role of Vaginal Microbiota Dysbiosis in Gynecological Diseases and the Potential Interventions. Frontiers in Microbiology. 2021 Jun 18;12:1538. Available from: https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fmicb.2021.643422/full

  5. Chen X, Lu Y, Chen T, Li R. The female vaginal microbiome in health and bacterial vaginosis. Frontiers in Cellular and Infection Microbiology. 2021 Apr 7;11:631972. doi: 10.3389/fcimb.2021.631972. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8058480/pdf/fcimb-11-631972.pdf

  6. Kairys N, Garg M. Bacterial vaginosis. 2021 Jul 18. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK459216/ [Accessed 2021 Sep 25].

  7. Ravel J, Gajer P, Abdo Z, Schneider GM, Koenig SS, McCulle SL, Karlebach S, Gorle R, Russell J, Tacket CO, Brotman RM. Vaginal microbiome of reproductive-age women. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2011 Mar 15;108(Supplement 1):4680-7. Available from: https://www.pnas.org/content/pnas/108/Supplement_1/4680.full.pdf

  8. Benezra A. Race in the microbiome. Science, Technology, & Human Values. 2020 Sep;45(5):877-902. Available from: https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/0162243920911998

  9. UpToDate. Bacterial vaginosis: Treatment. 2021 Jul 9. Available from: https://www.uptodate.com/contents/bacterial-vaginosis-treatment?topicRef=5451&source=see_link#H3984411327 [Accessed 2021 Sep 25]

  10. NIH. Bacterial vaginosis. 2021 May 5. Available from: https://www.nichd.nih.gov/health/topics/bacterialvaginosis [Accessed 2021 Sep 25]

  11. Bilardi JE, Walker S, Temple-Smith M, McNair R, Mooney-Somers J, Bellhouse C, Fairley CK, Chen MY, Bradshaw C. The burden of bacterial vaginosis: women's experience of the physical, emotional, sexual and social impact of living with recurrent bacterial vaginosis. PLoS One. 2013; 8(9):e74378. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3770676/pdf/pone.0074378.pdf

  12. Cleveland Clinic. Bacterial vaginosis. 2020 May 5. Available from: https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/3963-bacterial-vaginosis [Accessed 2021 Sep 25]

  13. Fethers KA, Fairley CK, Hocking JS, Gurrin LC, Bradshaw CS. Sexual risk factors and bacterial vaginosis: a systematic review and meta-analysis. Clinical Infectious Diseases. 2008 Dec 1;47(11):1426-35. Available from: https://academic.oup.com/cid/article/47/11/1426/282043

  14. Birse KD, Kratzer K, Zuend CF, Mutch S, Noël-Romas L, Lamont A, Abou M, Jalil E, Veloso V, Grinsztejn B, Friedman RK. The neovaginal microbiome of transgender women post-gender reassignment surgery. Microbiome. 2020 Dec;8:1-3. Available from: https://link.springer.com/content/pdf/10.1186/s40168-020-00804-1.pdf

  15. Jain A, Bradbeer C. A case of successful management of recurrent bacterial vaginosis of neovagina after male to female gender reassignment surgery. International journal of STD & AIDS. 2007 Feb 1;18(2):140-1. Available from: https://journals.sagepub.com/doi/10.1258/095646207779949790

  16. Forcey DS, Vodstrcil LA, Hocking JS, Fairley CK, Law M, McNair RP, Bradshaw CS. Factors associated with bacterial vaginosis among women who have sex with women: a systematic review. PloS one. 2015 Dec 16;10(12):e0141905. Available from: https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0141905

  17. Liu CM, Hungate BA, Tobian AA, Ravel J, Prodger JL, Serwadda D, Kigozi G, Galiwango RM, Nalugoda F, Keim P, Wawer MJ. Penile microbiota and female partner bacterial vaginosis in Rakai, Uganda. MBio. 2015 Jun 16;6(3):e00589-15. Available from: https://journals.asm.org/doi/pdf/10.1128/mBio.00589-15


4 vues0 commentaire

Comentários


Os comentários foram desativados.
bottom of page