top of page

C’est quoi le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM)?


Si vous éprouvez des changements physiques ou émotionnels pendant les jours précédant vos règles, vous n'êtes pas seul (1). En fait, jusqu'à 90% des femmes rapportent éprouver au moins un de ces symptômes (2). Pour quelques femmes, ces symptômes peuvent être sévères et impacter leur vie au jour le jour (3,4). Si ceci s’applique à vous, vous seriez peut-être intéressé à en apprendre plus à propos du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). Dans cet article, nous discutons:




Avant que nous ne commencions, missINFORMED veut noter que Kyra n’est pas une professionnelle de la santé et cet article n’est pas un substitut pour les avis médicaux. Le but de cet article est d’aider la communauté missINFORMED à obtenir une meilleure compréhension de TDPM et de partager les informations qui peuvent aider à guider les discussions à propos de TDPM avec les professionnels de santé. Chaque menstruateur est unique et c’est important de travailler avec les professionnels de santé pour prendre soin de vos besoins uniques! Il n’y a pas d’approche universelle pour le TDPM.


missINFORMED veut aussi utiliser cette occasion pour reconnaître que pas toutes les personnes qui ont des règles sont des femmes et pas toutes les femmes ont des règles. Le mot “femme” est utilisé quand la littérature citée a seulement étudié les femmes cis-genres, ou n’a pas spécifié le genre, ce qui nous amène à croire que seulement les femmes cis-genres ont été inclue basée sur la représentation historique. Dans toutes les autres instances, le mot “menstruateur” est utilisé.



C’est quoi le TDPM?


Vous avez probablement déjà entendu à propos du syndrome prémenstruel, qui est une expérience très courante pour plusieurs menstruateurs autour du commencement de leurs règles. Le TDPM peut être considéré comme ‘le syndrome prémenstruel sévère’ car les deux partagent beaucoup de mêmes symptômes (4). Ceux qui vivent avec le TDPM éprouvent typiquement de l'irritabilité sévère, la dépression, l'anxiété, les douleurs et/ou les changements dans les comportements alimentaires 1-2 semaines avant leur règles (3, 4) (faites défiler vers le bas pour la liste complète des symptômes). Les symptômes sont typiquement les plus sévères 3-4 jours avant que les règles commencent et peuvent continuer jusqu'à trois jours après les règles ont fini (5). De plus, les symptômes ne seraient pas présents dans les menstruateurs qui n’ont pas d’ovaires, sont atteint(e)s de la ménopause, sont enceintes, allaitent, ou dans d’autres situations ou les règles sont arrêtées (6, 7). TDPM est classifié comme un trouble dépressif sous le MDS-5 (8). Le MDS-5 (Manuel diagnostique et statistique de troubles mentaux) est un guide qui contient des descriptions et symptômes des troubles mentaux utilisés pour aider les professionnels de la santé dans le diagnostic (15). Ce guide est périodiquement mis à jour pour accommoder de nouvelles recherches pour que les diagnostics soient cohérents et fiables. Selon les critères du MDS-5, il est estimé que 1-2% des femmes souffrent du TDPM (6). Cependant, il est estimé que jusqu'à 20% des femmes éprouvent des symptômes considérables avant leurs règles (9).



Comment le TDPM est-il diagnostiqué?


Le diagnostic du PMDD est réalisé en utilisant des outils de suivi de l'humeur et de l'expérience pour aider à identifier les tendances (5). Ceci est fait pour éliminer la possibilité que le patient a un autre problème sous-jacent qui est simplement exacerbée par les changements du cycle menstruel. Suivre les symptômes a l’avantage supplémentaire d’aider les menstruateurs à apprendre plus à propos de quand les symptômes prennent place et quels facteurs peuvent les rendre meilleurs ou pires.


Pour recevoir un diagnostic sous le MDS-5, un patient doit avoir au moins cinq des symptômes suivants, avec au moins un symptôme relié à l’humeur (8). Ces symptômes devraient causer du détresse considérable et/ou l'interférence avec les activités typiques de jour-à-jour:


  • Humeur dépressive, sentiment de désespoir et pensées d'autodérision

  • Anxiété, tension et sentiment d'être "sur les nerfs"

  • Sautes d'humeur

  • Irritabilité, colère ou conflit accru

  • Perte d'intérêt pour les activités normales

  • Difficulté de concentration

  • Se sentir léthargique, manque d'énergie

  • Modifications de l'appétit, y compris la suralimentation ou des envies spécifiques intenses

  • Hypersomnie (trop de sommeil) ou insomnie (incapacité à dormir)

  • Se sentir submergé

  • Symptômes physiques tels que :

    • Sensibilité/gonflement des seins

    • Douleurs articulaires/musculaires

    • Ballonnement

    • Gain de poids

Ces symptômes doivent être présents pendant la majorité des cycles menstruels, commencer à améliorer à l'intérieur de quelques jours après les règles et disparaître pendant la semaine après les règles. Vous pouvez apprendre plus à propos de suivre les symptômes de TDPM et le syndrome prémenstruel ici.



Pourquoi le TDPM se produit-il?


Les études ont montré que les femmes avec le TDPM ont des niveaux d'oestrogène et progestérone à l'intérieur de la gamme normale (6). Regardez cet article pour en apprendre plus à propos de comment ces hormones fonctionnent pendant le cycle menstruel (bonus: l’article est du thème The Bachelor!). Alors, vous vous demandez probablement - si leurs niveaux d’hormones sont les mêmes, pourquoi est-ce que leurs symptômes sont tellement plus graves? Les recherches continuent, mais il est pensé que les menstruateurs qui souffrent du TDPM ont une sensibilité plus élevée aux changements normaux des hormones au cours du cycle menstruel (6). Essentiellement, bien que les mêmes niveaux d' hormones circulent dans le corps, pour quelques personnes, ils produisent des effets plus forts . L’oestrogène et la progestérone ont des effets sur le système nerveux qui peuvent expliquer cela.


Quand la progestérone est produite par les ovaires il est converti en alloprégnanolone (ALLO). ALLO a un effet anti-anxiété, alors il est pensé que quand les niveaux de progestérone (et par conséquent, ALLO) baissent avant le début de vos règles, ceci cause le ‘sevrage’ dans les menstruateurs avec le TDPM. Les modèles de rongeurs soutiennent cette idée, car il a été montré que la diminution de la progestérone donne lieu aux symptômes dépressifs et des comportements antisociaux. Les symptômes dépressifs et comportement antisociaux ont aussi été trouvés dans les souris qui avaient peu d’ALLO dans l'hippocampe, le cortex préfrontal et l’amygdale dans le cerveau. Cependant, arrêter la conversion de progestérone en ALLO avant le sevrage réduit ces symptômes, suggérant qu’ALLO est principalement responsable des effets de ‘sevrage’ (10).


On a aussi montré que l’oestrogène a des effets puissants sur l’humeur, l'appétit, le sommeil et le comportement (6). L'oestrogène est connu pour réguler les niveaux de la sérotonine et le norépinéphrine dans le corps, qui sont tous les deux associés aux sentiments positifs. Dans les études animales, l’augmentation des niveaux d'oestrogène a permis d’augmenter le transport de la sérotonine dans le cerveau. Il y a aussi l'évidence que les femmes avec le TDPM ont des niveaux de sérotonine réduits quand les niveaux d'oestrogène baissent avant les règles. Le lien entre l'oestrogène et la sérotonine peut produire une autre explication pour les symptômes dépressifs que les femmes avec le TDPM éprouvent.



À quoi ressemble le traitement TDPM?


*Ces informations ne doivent pas être considérées comme des conseils de santé. Les professionnels de santé formés peuvent faire des recommandations différentes adaptées à vos symptômes spécifiques. Le but de cette section est de vous informer sur ce que le traitement TDPM peut être, mais il n’est pas du tout un substitut pour parler avec votre fournisseur de soins.


Le but du traitement TDPM est typiquement de ‘corriger’ des déséquilibres chimiques dans le cerveau ou d'éliminer les fluctuations hormonales entièrement (9). Les antidépresseurs sont l'étalon-or actuel pour le traitement TDPM (4, 5, 6). Spécifiquement, les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline (IRSN) sont utilisés. Quand les antidépresseurs sont utilisés pour la gestion des autres désordres psychiatriques, il prend typiquement quelques semaines pour voir l'amélioration, mais les patients avec le TDPM peuvent voir l'amélioration à l'intérieur d'un ou deux jours (5). Il a été montré que prendre les ISRS pendant la deuxième moitié du cycle menstruel ou les prendre régulièrement réduit les symptômes du TDPM (16). Ceci est très probablement parce que les ISRS sont capables d’augmenter la production des hormones stéroïdes, tel que le progestérone, dans le corps. On a aussi montré que les ISRS démarrent la transformation de progestérone en ALLO en quelques minutes après les avoir pris, ce qui peut aider avec le sevrage ALLO. Cette caractéristique fait que c’est possible de prendre les antidépresseurs de façon intermittente pour contrôler les sautes d’humeur, mais les doses régulières peuvent être requises pour contrôler les symptômes d'anxiété et de dépression.


Les contraceptifs oraux combinés (COC) contenant l'oestrogène et la progestérone ont été montrés afin d'améliorer les symptômes du TDPM par réduire les fluctuations hormonales. Typiquement, ces pilules sont prises dans un cycle de 21 jours avec une pause de sept jours pendant les règles. Cependant, quand les COCs sont pris pour la gestion des symptômes du TDPM, une plus grande amélioration a été démontrée avec un cycle de 24 jours et une pause de quatre jours, ce qui rend les niveaux d’hormones plus stables (7). Comparé avec un placebo, ce régime a été montré pour améliorer les symptômes émotionnels et physiques (11). Cependant, ceci devrait être pris avec un grain de sel, car les études plus récentes suggèrent qu’il soit un grand effet placebo quand on prend les COCs pour la gestion du TDPM (12).


Dans les cas plus sévères du TDPM, le traitement s’est concentré sur ‘éteindre’ la production des hormones par les ovaires pour éviter les fluctuations hormonales au cours de cycle menstruel. Ceci peut être accompli chimiquement en utilisant les agonistes et inhibiteurs GnRH (l’hormone libératrice de gonadotrophine), ou chirurgicalement avec une ovariectomie en dernier recours. Le GnRH est une hormone qui est produite dans le cerveau et sont présence cause les ovaires à produire l'oestrogène et la progestérone (13). Les agonistes GnRH ‘imite’ le


GnRH naturel du corps, mais ne résulte pas dans la production d'oestrogène et la progestérone. Plutôt, les niveaux hauts des agonistes GnRH ‘dupe’ le cerveau à penser qu’il a déjà produit assez, alors il arrête la production naturelle. Une fois que le GnRH naturel n’est pas produit, il n’y a rien dans le corps pour déclencher la production d'oestrogène et de la progestérone dans les ovaires, ce qui cause ces niveaux a baisser aussi. Les inhibiteurs GnRH, de l'autre côté, agissent directement dans le cerveau pour arrêter la production du GnRH naturel. L’usage des agonistes et des inhibiteurs GnRH est souvent appelé la ‘ménopause chimique’ puisqu’ils peuvent éteindre la production des hormones dans les ovaires et peuvent être utilisés comme une ‘période d’essai’ pour déterminer si une ovariectomie complète vous convient (5).


Une ovariectomie est le dernier recours pour le traitement de TDPM. Une ovariectomie nécessite l'enlèvement des ovaires et a été réalisée pour la première fois pour le traitement de TDPM en 1872! Dans les études sur les femmes qui ont reçu une ovariectomie pour la gestion des symptômes sévères prémenstruels, 96% était satisfait des résultats de la chirurgie pour le soulagement symptomatique (14). Cependant, ceci n’est pas un ‘traitement parfait’ et peut résulter dans les problèmes intestinaux et vésicaux, saignements et conduit à une ménopause précoce permanente. Quoique tous les menstruateurs vont finir par venir en face à face avec la ménopause à un certain moment, il est important d'être certain que vous êtes prêt pour ce changement avant de demander une intervention chirurgicale. La privation d'oestrogène qui occurrent pendant la ménopause cause des symptômes tels que l’atrophie génitale, vieillissement cutané, modifications du métabolisme et du stockage des graisses corporelles et même l’ostéoporose (17).


Ces symptômes peuvent être réduits par un supplément d'oestrogène après la chirurgie, mais il est important de reconnaître à quel point cela peut être stressant pour votre corps pendant que vous décidez (14). De plus, si vous souhaitez essayer de tomber enceinte, ce traitement ne sera pas un bon choix pour vous.


Les autres options qui peuvent soulager les symptômes du TDPM inclut la thérapie cognitivo-comportementale, le yoga, l’exercice aérobique et supplémentation alimentaire en calcium, acides gras oméga-3 et vitamine B6. Cependant, il n’y a pas assez de recherches pour savoir si ces stratégies sont réellement utiles (5).



Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !



 


References

  1. Wittchen H-U, Becker E, Lieb R, Krause P. Prevalence, incidence and stability of premenstrual dysphoric disorder in the community. Psychological Medicine. 2002 Jan;32(1):119–32.

  2. Campagne DM, Campagne G. The premenstrual syndrome revisited. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology. 2007 Jan 1;130(1):4–17.

  3. Kaiser G, Janda C, Kleinstäuber M, Weise C. Clusters of premenstrual symptoms in women with PMDD: Appearance, stability and association with impairment. Journal of Psychosomatic Research. 2018 Dec 1;115:38–43.

  4. Premenstrual dysphoric disorder (PMDD) | Office on Women’s Health [Internet]. [cited 2021 Oct 4]. Available from: https://www.womenshealth.gov/menstrual-cycle/premenstrual-syndrome/premenstrual-dysphoric-disorder-pmdd

  5. Hantsoo L, Epperson CN. Premenstrual Dysphoric Disorder: Epidemiology and Treatment. Curr Psychiatry Rep. 2015 Sep 16;17(11):87.

  6. Reid RL, Soares CN. Premenstrual Dysphoric Disorder: Contemporary Diagnosis and Management. Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada. 2018 Feb 1;40(2):215–23.

  7. Lete I, Lapuente O. Contraceptive options for women with premenstrual dysphoric disorder: current insights and a narrative review. Open Access J Contracept. 2016 Aug 25;7:117–25.

  8. Administration SA and MHS. Table 3.24, DSM-IV to DSM-5 Premenstrual Dysphoric Disorder Comparison [Internet]. Substance Abuse and Mental Health Services Administration (US); 2016 [cited 2021 Oct 4]. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519704/table/ch3.t24/

  9. Pearlstein T, Steiner M. Premenstrual dysphoric disorder: burden of illness and treatment update. J Psychiatry Neurosci. 2008 Jul;33(4):291–301.

  10. Nelson M, Pinna G. S-norfluoxetine microinfused into the basolateral amygdala increases allopregnanolone levels and reduces aggression in socially isolated mice. Neuropharmacology. 2011 Jun;60(7–8):1154–9

  11. Efficacy of a new low-dose oral contraceptive with drospirenone in premenstrual dysphoric disorder. Yonkers KA, Brown C, Pearlstein TB, Foegh M, Sampson-Landers C, Rapkin A. Obstet Gynecol. 2005 Sep; 106(3):492-501

  12. Lopez LM, Kaptein AA, Helmerhorst FM. Oral contraceptives containing drospirenone for premenstrual syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2012 Feb 15;(2):CD006586.

  13. Magon N. Gonadotropin releasing hormone agonists: Expanding vistas. Indian J Endocrinol Metab. 2011;15(4):261–7.

  14. Cronje WH, Vashisht A, Studd JWW. Hysterectomy and bilateral oophorectomy for severe premenstrual syndrome. Human Reproduction. 2004 Sep 1;19(9):2152–5.

  15. DSM-5 FAQ [Internet]. [cited 2021 Oct 19]. Available from: https://www.psychiatry.org/psychiatrists/practice/dsm/feedback-and-questions/frequently-asked-questions

  16. Marjoribanks J, Brown J, O’Brien PMS, Wyatt K. Selective serotonin reuptake inhibitors for premenstrual syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2013 Jun 7;2013(6):CD001396.

  17. Monteleone P, Mascagni G, Giannini A, Genazzani AR, Simoncini T. Symptoms of menopause — global prevalence, physiology and implications. Nat Rev Endocrinol. 2018 Apr;14(4):199–215.


30 vues0 commentaire

תגובות


התגובות הושבתו לפוסט הזה.
bottom of page