top of page

Comment les systèmes racistes continuent de fonctionner aujourd'hui

Dernière mise à jour : 21 août 2023

Avertissement sur le contenu : Cet article peut être traumatisant pour les membres de notre communauté noire. Cet article comprend une discussion et des exemples d'expériences historiques et actuelles de racisme anti-Noirs dans les établissements de soins de santé. Le retrait non consenti de matériel biologique, la violence générale et la discrimination sont évoquées. Veuillez donner la priorité à votre bien-être personnel dans votre décision de lire cet article. Nous encourageons vivement les alliés à poursuivre leur lecture. Il est de notre responsabilité collective d'apprendre l'histoire des Noirs et d'écouter leurs récits. Nous devons reconnaître le racisme anti-Noir qui sature nos institutions sociales et prendre des mesures sincères pour démanteler le racisme ancré dans ces institutions.

Bonjour chers lecteurs, je m'appelle Han (elle/iel) et je suis l'auteur. J'ai écrit cet article en hommage au Mois de l'histoire des Noirs et il est essentiel de reconnaître que je suis une femme de race blanche qui écrit sur les expériences des Noirs dans un contexte scientifique. Je me situe à l'intersection des ancêtres des colons blancs et des Haudenosaunee, mais je suis une personne qui passe par les Blancs. Il est important de noter que je ne pourrai jamais comprendre les expériences des Noirs, car je ne vis pas dans un corps noir et je n'ai pas l'intention de parler au nom des diverses communautés noires. Mon intention est d'informer et de partager la recherche sur les mauvais traitements infligés aux Noirs et sur le racisme perpétué par nos systèmes de santé. Bien que cet article se concentre sur les femmes noires, je souhaite reconnaître les effets négatifs sur la santé de toutes les personnes racialisées, en particulier les peuples indigènes, du racisme systémique au sein des institutions médicales occidentales. Mon intention est de partager les connaissances et les leçons auxquelles j'ai accès grâce à mon éducation et au temps dont je dispose. J'espère ne pas détourner l'attention de la joie des Noirs, mais rappeler aux personnes non noires qu'il s'agit aussi de notre combat. Il n'incombe pas aux Noirs d'éduquer constamment les non-Blancs sur les mauvais traitements et la violence auxquels ils sont confrontés. Il incombe aux personnes non noires de plaider en faveur d'une prise en charge adéquate de nos diverses communautés noires qui prospèrent malgré les traitements injustes auxquels elles sont soumises en permanence.


Cet article se concentrera sur l’exposition du racisme institutionnalisé qui persiste dans les systèmes de santé de l’ouest et son impact sur les femmes noires et des communautés de genres-divers. On discutera:


Les mauvais résultats en matière de santé associés au racisme institutionnalisé pour les femmes et les personnes de couleur de genres divers sont doubles:

  1. Les communautés noires se méfient du système de santé en raison des preuves historiques et actuelles de l’exploitation et la manipulation des personnes noires par les industries de la recherche et de la médecine. Cette méfiance peut conduire à éviter ou à retarder le recours aux soins médicaux nécessaires et a hésité à participer aux recherches médicales.

  2. Lorsque les personnes noires peuvent accéder aux soins de santé et y parviennent, elles sont souvent victimes de discrimination et de racisme de la part des institutions et des fournisseurs de soins de santé, ce qui peut empirer leur état de santé.

La méfiance envers le système de santé qui a été construit pour exploiter les Noirs

L’utilisation des communautés noires au nom de «l’avancement médical» pour tous

L’expérimentation sur les Noirs est un exemple de racisme scientifique. Les résultats scientifiques étaient souvent utilisés pour justifier le mauvais traitement des communautés noires au sein de la société. De plus, les Noirs étaient souvent exploités dans les milieux de recherche et ne bénéficiaient pas de la « courtoisie » du consentement éclairé. L’histoire d’Henrietta Lacks en est une qui ressort dans l’histoire; une femme noire dont les cellules ont été volées et commercialisées au nom de la science, sans aucune compensation ou reconnaissance accordée à Henrietta ou à sa famille. Le Dr J. Marion Sims, le « père de la gynécologie moderne », est connu pour avoir expérimenté sur les organes génitaux de femmes noires esclaves, notamment Anarcha Westcott, Betsey Haris et Lucy Zimmerman, sans aucune anesthésie. Le Dr Sims est ensuite allé faire des recherches sur des femmes blanches, avec l’inclusion d’une anesthésie (1 *). Aux États-Unis, il y a une histoire de stérilisation forcée des femmes noires. Par exemple, aux États-Unis, dans le but de réduire le nombre d’enfants que les femmes noires avaient et de transmettre leurs traits « déviants », certains médecins ne consentiraient à donner un avortement (même si cela était médicalement nécessaire pour la santé maternelle) que si ces femmes acceptaient de se faire stériliser par la suite (2 *). Encore dans les années 90, il y avait une forte incitation pour les femmes et les adolescentes noires à abuser du Norplant, une méthode contraceptive longue durée, dans le but de contrôler la reproduction (3 *). Ces deux tactiques aux États-Unis sont des exemples d’utilisation des données scientifiques pour perpétuer l’idéologie raciste selon laquelle les femmes noires, en particulier celles des quartiers à faible revenu, étaient intrinsèquement de mauvaises mères et « incapables » d’une maternité appropriée.

Alternativement, nous pouvons examiner les barrières structurelles telles que les coûts de transport et le manque d’accès à l’éducation qui empêchaient ces femmes d’accéder aux soutiens sociaux (1 *, 3 *). Ces exemples suffisent à rendre quiconque sceptique envers les médecins, quelle que soit l’intervalle de temps qui s’est écoulé depuis.


La méfiance envers les systèmes sociaux qui aident les individus à accéder aux soins de santé

La méfiance envers les institutions autres que le système de santé est une barrière exponentielle à l’accès aux traitements médicaux. La surveillance des Noirs par les forces de l’ordre et la probabilité accrue de violence qui en résulte ont entraîné une méfiance envers la police et les services d’urgence. En cas de crise sanitaire ou d’urgence, les Noirs sont moins susceptibles d’appeler les systèmes sociaux à l’aide (c’est-à-dire le 9-1-1 pour la police ou les ambulanciers) car le racisme structurel au sein de ces systèmes peut rendre cela dangereux. Cette méfiance est exacerbée pour les femmes trans de couleur (WOC), car elles sont davantage préoccupées par les effets cumulés de la discrimination fondée sur le genre et la race (4, 5).


En 2009-2010, le projet Trans PULSE a révélé qu’au Canada, un quart des personnes trans racialisées (pas seulement les Africains / Canadiens / Caribéens noirs) avaient été harcelées par la police en raison de leur race ou de leur origine ethnique (6). En 2019, 24% des personnes trans et non binaires racialisées ont évité d’appeler le 9-1-1 pour des services médicaux d’urgence au cours des cinq dernières années (5). En novembre 2020, une femme trans noire nommée Coco est décédée en garde a vu à Toronto dans des circonstances inexpliquées (7). De plus, le Service de police de Toronto (TPS) l’a obstinément mal identifiée. En réponse, Black Lives Matter - Toronto a écrit une lettre au TPS et a souligné que «[les personnes trans noires] … sont souvent harcelées et arrêtées par la police simplement pour être trans dans un espace public» (7). Lorsque les femmes trans et cis-genres noires ne peuvent pas accéder aux services sociaux qui sont là pour augmenter la sécurité et l’accès aux soins de santé, c’est leur vie en danger. Il y a d’innombrables histoires qui, parallèlement au récit de Coco, justifient la méfiance de la communauté noire envers ces systèmes sociaux.


Le racisme et la discrimination affectent la qualité des soins et les résultats en matière de santé.

Pourquoi il nous faut un système de soins de santé intersectionnaliste, anti-raciste.

En 2004, le système de santé canadien a été décrit comme « un parcours du combattant pour beaucoup » par la Commission des droits de la personne de l’Ontario (8 *). Cette déclaration générale s’applique à tous les citoyens canadiens, quelle que soit leur identité. Cependant, lorsque nous commençons à examiner les disparités en matière de santé, il devient clair que les personnes PANDC font face à un plus grand nombre de barrières (5). Il est indéniable que les facteurs sociaux, économiques et politiques travaillent ensemble pour permettre à un individu de vivre et d’interagir avec la vie (9 *, 10 *). Ces facteurs s’étendent aux soins de santé et aux résultats en matière de santé et les impacts sont ressentis individuellement et générationnellement, à la fois entre et au sein des communautés (8 *, 10 *)


Les adultes noirs canadiens sont touchés de manière disproportionnée par une variété de maladies et de maladies, notamment le diabète, le cancer, l’hypertension (c’est-à-dire l’hypertension artérielle), le VIH et les maladies mentales (10 *, 11 *, 12 *). Les différences biologiques et la génétique n’expliquent pas ces inégalités flagrantes en matière de santé (12 *, 13 *). Au lieu de cela, le racisme systémique et structurel qui est tissé dans le tissu du Canada et de la société occidentale en général en est responsable. Lydia-Joi Marshall, présidente de la Black Health Alliance, a déclaré avec concision dans une interview avec le Toronto Star: « la race n’est pas le déterminant de la santé. Le racisme l’est » (14 *). Les impacts individuels du revenu, du genre et de la race sur les disparités en matière de santé n’expliquent pas les inégalités en matière de santé entre les Noirs et les Blancs au Canada (10 *). Cependant, lorsque nous analysons ces facteurs à travers une lentille intersectionnelle, nous voyons que les femmes noires à faible revenu au Canada courent un risque substantiellement plus élevé d’avoir du diabète et de l’hypertension par rapport aux femmes noires à revenu élevé ou moyen et aux femmes blanches à revenu moyen ou faible (11 *). Sans analyses intersectionnelles, la recherche est réductrice et inexacte.

Le racisme dans les soins de santé et d’autres systèmes est ancien et se manifeste souvent sous forme d’une discrimination indirecte généralisée; où les mêmes services sont fournis à tous les individus, mais des communautés distinctes, souvent historiquement opprimées, ne remportent pas les bénéfices de ces services (8*). Un exemple, c’est lors des barrières linguistiques. Au Manitoba, des chercheurs ont interviewé 83 familles immigrantes originaires de 15 pays africains différents sur leur expérience d’accès aux services de soins de santé primaires (15 *). Les familles ont constamment signalé la langue et la culture comme une barrière significative qui les faisait se sentir incomprises et frustrées par leurs prestataires de services de santé. Dans de nombreuses langues, certains mots ne peuvent pas être traduits en anglais ou les mots anglais ne sont tout simplement pas connus. Cela peut entraîner de la confusion et des informations inexactes peuvent être données ou interprétées par le patient, ce qui peut entraîner un plan de traitement inapproprié ou une mauvaise gestion des médicaments. Une barrière linguistique rend un patient plus vulnérable à donner un consentement non éclairé aux traitements et aux procédures. Bien sûr, tout le monde parle en jargon scientifique en anglais, mais le niveau de compréhension variera considérablement en fonction de la langue maternelle de l’individu, du niveau d’alphabétisation en matière de santé et de l’interprétation culturelle. Aborder les soins de santé comme une solution unique pour tous n’est pas seulement réducteur des pratiques de santé culturelles en dehors de la médecine occidentale, mais aussi ignorant de l’intersectionnalité qui existe dans nos sphères sociales, y compris les niveaux d’éducation et le statut socio-économique.


Comment le racisme médical se manifeste dans la santé des femmes noires

L’obsession historique de contrôler et de surveiller les droits reproductifs des femmes noires a eu des conséquences négatives pour la santé reproductive. Les affections reproductives telles que les fibromes et l’endométriose sont plus fréquentes chez les femmes canadiennes noires (16 *, 17 *). Ils sont également plus susceptibles d’être sous-diagnostiqués et sous-traités pour ces conditions (16 *).


Au Canada, la médecine préventive telle que le dépistage du cancer du col de l’utérus et du sein est insuffisante chez les femmes d’origine subsaharienne par rapport aux femmes des Caraïbes et d’Amérique latine (18 *). La foi religieuse (à savoir, musulmane) et le statut d’immigrant sont deux autres obstacles qui rendent encore plus difficile l’obtention d’un dépistage adéquat pour ces femmes (18 *). Au Canada, une seule étude examine l’incidence du cancer du sein chez les femmes immigrantes africaines. L’étude conclut que les femmes immigrantes africaines sont plus susceptibles d’être diagnostiquées à des stades ultérieurs de la progression de leur maladie et qu’il est très peu probable que leur cancer du sein soit détecté au stade I par rapport aux femmes immigrantes d’Asie de l’Est (19 *). Cela est troublant compte tenu des données américaines et britanniques (en comparaison, car le Canada ne collecte pas actuellement ce type de données) montrent que les WOC ont une incidence plus élevée de « cancer du sein triple négatif » - qui est une forme plus agressive de cancer du sein avec un âge de début plus jeune et une mortalité plus élevée (18 *).


En regardant le cancer en général, de nombreuses études de la population canadienne montrent que les personnes immigrantes ont des taux de dépistage inférieurs à ceux des populations non immigrantes (19 *). Une étude des Néo-Écossais noirs, un sous-groupe ethnoracial unique des Canadiens noirs, a montré des différences significatives dans le taux de dépistage des résidents noirs par rapport aux résidents blancs (19 *). Ces communautés vivent généralement dans des zones rurales, créant ainsi des obstacles supplémentaires en matière de transport et d’infrastructure de santé pour accéder aux soins de santé (1 *, 20 *). Il est particulièrement important que le dépistage soit culturellement sûr pour garantir une plus grande adhésion parmi les membres de la communauté noire. De nombreuses communautés noires sont soumises à des niveaux plus élevés de pollution environnementale (une type de racisme environnemental) qui les expose à un risque accru de développer un cancer (1 *, 20 *).


Il existe une variété de raisons pour lesquelles le système de santé raciste permet à ces femmes d’être sous-dépistées et mal desservies. La langue, la pauvreté structurelle (revenu), la transphobie et les coûts de transport / l’emplacement géographique ne sont que quelques-uns (21 *). Au Canada et aux États-Unis, les recherches centrées sur les expériences des WOC transgenres dans les soins de santé sont limitées. Une grande partie de la littérature sur la santé analyse les personnes transgenres sous des catégories parapluie; ils sont inclus dans l’étiquette LGBTQ2S + plus large ou inclus dans « les femmes noires » ou « les personnes noires ». Il n’y a aucune considération pour les expériences uniques de genre des femmes trans (pas seulement en tant que personnes trans, mais en tant que femmes trans). Des données que nous avons, nous voyons qu’aux États-Unis, les WOC transgenres sont plus susceptibles que l’ensemble de la population de vivre dans la pauvreté. Cela peut être en partie dû à la discrimination au travail et / ou à l’école, qui rend les personnes trans racialisées moins susceptibles d’avoir un revenu fiable et suffisant. Dans l’étude canadienne Trans PULSE réalisée en 2019, les personnes trans racialisées étaient plus susceptibles d’être harcelées au travail ou à l’école et plus susceptibles d’être expulsées ou suspendues de l’école par rapport aux personnes trans blanches (5).


Malheureusement, atteindre un niveau d’éducation élevé ou être riche ne protège pas les femmes noires de la discrimination médicale, comme le montre l’histoire de naissance de Serena Williams qu’elle a partagée dans Vogue. Après avoir ressenti des symptômes familiers d’un caillot de sang peu de temps après avoir accouché (par césarienne), Williams a clairement et spécifiquement plaidé pour une action médicale. Ses demandes ont d’abord été rejetées par ses médecins et elle a dû subir des tests inutiles. Finalement, ses caillots sanguins ont été découverts, mais il était trop tard pour prévenir d’autres blessures. Sa plaie de sa césarienne s’est ouverte en raison d’une toux excessive à cause des caillots sanguins dans ses poumons qui auraient pu être détectés plus tôt, s’ils avaient écouté les préoccupations de Williams. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (22 *), les femmes noires aux États-Unis sont trois fois plus susceptibles que les femmes blanches de mourir en raison de complications liées à la grossesse. Serena n’est pas une exception, car les privilèges de revenu ou d’éducation ne peuvent pas contrer les impacts du racisme structurel et systémique.


La douleur est une autre expérience courante qui est systématiquement rejetée ou ignorée lorsqu’elle provient de femmes noires (23 *). Une étude d’étudiants en médecine et de résidents blancs a révélé que leurs perceptions de la douleur ressentie par différentes races, qu’elles soient exactes ou non, n’avaient des conséquences négatives que pour les individus noirs (23 *). Les patients noirs sont moins susceptibles de recevoir des médicaments contre la douleur et s’ils en reçoivent, la posologie est souvent inférieure à celle qui serait donnée à un patient blanc.


Prenez Serena Thompson, vice-présidente de la Sickle Cell Association of Ontario. Dans un article récent, Thompson décrit sa routine pour se préparer à aller à l’hôpital lorsqu’elle subit une « crise » - un blocage dans une artère en raison de la drépanocytose - et explique comment elle se brosse les cheveux et change de pyjama tout en ressentant une douleur immense (24 *). Elle fait cela parce qu’elle sait que « [les patients noirs] ne sont pas traités correctement. Ils ne donneraient pas [aux patients noirs] les bons médicaments ou la bonne posologie, car ils pensent que [les patients noirs] vont devenir accros » (24 *). Au Canada, les personnes trans racialisées sont nettement plus susceptibles de vivre avec des douleurs chroniques et d’évaluer leur santé comme médiocre par rapport aux personnes trans blanches (5). Il est trop facile de blâmer toute une communauté pour ses disparités en matière de santé, citant la culture, la génétique ou simplement la « noirceur » comme cause inhérente des inégalités en matière de résultats en matière de santé plutôt que des inégalités structurelles qui se cachent en plein jour.


La santé mentale est tout aussi importante pour la qualité de vie d’une personne que les disparités physiques mentionnées précédemment. La santé mentale peut être aggravée par une maladie physique chronique aggravée par un stress chronique dû aux effets du racisme structurel et de la discrimination (25 *). Le récit de la « femme noire forte » qui assimile la noirceur à une force et une résilience inébranlables est nuisible, car il déshumanise les femmes noires. Cette croyance ne cadre les femmes noires que comme des soignantes plutôt que comme des personnes qui ont besoin de recevoir des soins comme tout le monde. Au Canada, il y a un risque accru de 60% de psychose si vous êtes d’origine caribéenne, est-africaine et ouest-africaine (26 *). Cela peut, encore une fois, être expliqué par des écarts dans l’accès aux services et la qualité des soins. Les Ontariens noirs d’origine caribéenne sont plus susceptibles de subir des retards importants dans la réception de services de santé mentale appropriés (BHA *). Lorsqu’ils reçoivent un traitement, les Ontarien(ne)s noir(e)s dans les systèmes de santé mentale et de toxicomanie subissent plus de contraintes et de confinement comparée aux Ontarien(ne)s blanc(he)s (26*, 27*).


La santé mentale des populations noires à travers le Canada est mal comprise et stigmatisée, ce qui crée des obstacles plus importants pour accéder aux soutiens nécessaires. Cette stigmatisation est pire pour les personnes transgenres racialisées au Canada, en raison des intersections uniques de discrimination qu’elles subissent à la fois d’un point de vue racialisé et genré (5, 28). Il est courant que les professionnels de la santé mentale et les médecins évitent et / ou pathologisent l’identité de genre et refusent de fournir des soins aux personnes transgenres (4, 29). Dans l’éducation médicale, l’apprentissage des soins de santé spécifiques aux trans et affirmant le genre n’est pas une priorité. Cela est préoccupant étant donné que, au Canada, les médecins de soins primaires sont partiellement responsables de la gestion de la thérapie hormonale et des références chirurgicales si une chirurgie affirmant le genre est souhaitée (28). Lorsque les gens ne peuvent pas accéder aux soins préventifs pour leurs besoins en matière de santé mentale - en raison de barrières monétaires, de méfiance envers le système médical et d’un manque de soins culturellement appropriés - les Noirs sont souvent obligés d’engager les forces de l’ordre lors de crises de santé mentale; un autre système qui continue à maltraiter et à assassiner les Noirs. Même en 2020, une variété de crises de santé mentale où la police a été engagée ont été liées à des cas de décès inexpliqués parmi les membres des communautés racialisées; y compris la perte tragique de Chantel Moore, D’Andre Campbell et Regis Korchinski-Paquet.


Comment le système de soins de santé peut s’efforcer à être anti-raciste

Les Nations Unies ont déclaré que le racisme institutionnalisé est répandu au Canada et la médecine ne fait pas exception (30 *). Être au milieu de la crise de santé publique COVID-19 a encore mis en lumière les disparités en matière de santé qui existent au Canada. À Toronto, la COVID-19 a dévasté de manière disproportionnée les communautés noires qui représentent près de 80% des cas pour la ville. (Pour en savoir plus sur l’impact de la COVID-19 sur les femmes et les personnes de genres divers, vous pouvez lire notre campagne ici.)


En avril 2020, l’unité de santé publique de Toronto a commencé à développer un système pour collecter des données basées sur la race et la situation socio-économique en ce qui concerne COVID-19 (31 *). Le fait que ce système n’ait jamais été établi auparavant témoigne de l’aversion de longue date du Canada à publier des données basées sur la race - ce qui est une injustice en soi. Lorsqu’on lui a demandé si cela serait une initiative provinciale, le médecin hygiéniste en chef blanc et masculin, le Dr David Williams, a maintenu que les personnes les plus à risque comprenaient les personnes âgées, les personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents et celles ayant un système immunitaire compromis. Il a déclaré que « ces [personnes] sont toutes des priorités pour nous, quelle que soit leur race, leur origine ethnique ou autre. Ils sont tous également importants pour nous » (31 *). C’est un autre exemple d’une personne blanche occupant un poste puissant lié aux soins de santé utilisant le récit « Je ne vois pas la couleur » qui finit par nuire à ceux qu’ils prétendent se soucier « également ».


Le racisme a été déclaré une crise de santé publique au Canada en 2018 et il est donc impératif que l’initiative de collecte de données basées sur la race dépasse la portée de la pandémie COVID-19. Si les données sur la race, l’ethnicité et la situation socio-économique ne sont pas collectées au Canada, toutes les conclusions tirées des données que nous avons sont inexactes et potentiellement dangereuses. L’hésitation à collecter ce type de données découle des groupes au pouvoir qui utilisent ces données pour justifier le mauvais traitement continu des communautés historiquement opprimées. Au lieu de cela, enquêter sur les défis uniques en matière de santé des groupes historiquement opprimés améliorerait les soins de santé pour tous. Par exemple, les données montrent qu’il y a une prévalence plus élevée de mauvaise utilisation des substances dans les communautés autochtones que dans les communautés non autochtones. Cette information est incorrectement et dangereusement rationalisée comme une caractéristique inhérente des individus autochtones. Au lieu de cela, ces données devraient être utilisées pour enquêter sur les facteurs sociaux, structurels et politiques qui rendent les Autochtones plus susceptibles de mal utiliser les substances, dans le but d’améliorer les soins pour ces communautés.


Les soins antiracistes devraient être un pilier des directives en matière de soins de santé et d’autres institutions sociales. Ce type de soins intègre des informations culturellement pertinentes qui reconnaissent et travaillent activement à réparer les dommages causés individuellement et intergénérationnellement par la discrimination raciale. Le manque de données raciales au Canada a créé un groupe homogène d’individus noirs qui ne représente pas les diverses communautés noires à travers le pays. Les Noirs ne sont pas un monolithe. Malgré ce fait, non seulement les soins de santé des Noirs ne sont pas adaptés avec précision aux expériences uniques des Canadiens noirs, mais les informations que nous avons sont imprégnées de préjugés raciaux et de discrimination historique. S’associer avec des communautés noires pour mener des recherches sur des solutions pour réduire les disparités en matière de santé est essentiel. Les recherches qui n’incluent pas la consultation des populations vulnérables sur le plan structurel sont inefficaces et dévalorise les expériences vécues et les enseignements de ces populations


Des initiatives pédagogiques pour les générations à suivre

En septembre 2020, l’école secondaire Newtonbrook à North York, Toronto, a introduit un nouveau cours dans le cadre du cadre d’apprentissage mixte en personne et en ligne. Intitulé « Déconstruire le racisme anti-Noirs dans le contexte canadien et nord-américain », ce cours est destiné aux élèves de 12e année et a été co-créé par quatre enseignants noirs; Tiffany Barrett, D. Tyler Robinson, Remy Basu et Krysten Wynter. Plus particulièrement, ce cours a été suscité par des étudiants soulevant des préoccupations quant aux conversations que leurs pairs avaient à propos des manifestations de Black Lives Matter de cette année aux États-Unis et au Canada. Bien que ces conversations aient rendu les étudiants mal à l’aise et en danger, ces quatre enseignants ont déterminé que la raison probable pour laquelle certaines jeunes ne reconnaissent pas la mort de George Floyd comme un meurtre aux mains de la police se résume à un manque de compréhension et à une ignorance flagrante. Ce cours vise à aider activement les jeunes adultes à comprendre leurs environnements sociétales micro et macro. Le cours couvre une gamme de sujets, notamment la définition du langage, les expériences historiques des Noirs et la façon dont la noirceur est représentée et exploitée dans les médias (32 *). Plus important encore, il crée un espace sûr pour que les étudiants apprennent l’injustice et aient des discussions actives sur le racisme au Canada. En février 2021, le conseil scolaire du district de Toronto a annoncé qu’il offrirait ce cours dans sept écoles secondaires supplémentaires à travers la ville avec trente autres montrant de l’intérêt (33 *). Il est inspirant de voir les jeunes au premier plan de cette offre, résultant de leur propre plaidoyer et divulgation de sentiments d’insécurité.


*Ces sources ne précisent pas l’identité de genre des femmes incluses. La représentation historique nous amène à croire que seules les femmes cisgenres ont été incluses.


Si vous avez des commentaires sur ce post ou sur tout le contenu créé par missINFORMED, veuillez nous contacter à info@missinformed.ca. Nous apprécions et accueillons tous les commentaires, car nous sommes engagés dans la croissance et l’amélioration continuelle de notre organisation.


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !



Références

  1. Black Women Scholars and the Research Working Group of the Black Mamas Matter Alliance. Black Maternal Health Research Re-Envisioned: Best Practices for the Conduct of Research With, For, and By Black Mamas. Harvard Law & Policy Review. 2020;14:394-407. Available from: https://harvardlpr.com/wp-content/uploads/sites/20/2020/11/BMMA-Research-Working-Group.pdf [Accessed 5th February 2021].

  2. Randall VR. Slavery, segregation and racism: trusting the health care system ain't always easy! an African American perspective on bioethics. St Louis U Pub L Rev. 1996;15(2):191-235. Available from: https://heinonline-org.subzero.lib.uoguelph.ca/HOL/Page?lname=&public=false&collection=journals&handle=hein.journals/stlpl15&men_hide=false&men_tab=toc&kind=&page=191 [Accessed 6th February 2021].

  3. Burrell DE. The norplant solution: norplant and the control of African-American motherhood. UCLA Women’s Law Journal. 1995;5(2):401-444. Available from:https://escholarship.org/content/qt9861n279/qt9861n279.pdf [Accessed 5th February 2021].

  4. Shelton SA, Lester AOS. A narrative exploration of the importance of intersectionality in Black trans women’s mental health experiences. International Journal of Transgender Health. 2020. doi: 10.1080/26895269.2020.1838393

  5. Chih C, Wilson-Yang WY, Dhaliwal K, Khatoon M, Redman N, Malone R, Islam S, Persad Y. Health and well-being among racialized trans and non-binary people in Canada. Trans PULSE Canada. 2020 Nov 02. Available from: https://transpulsecanada.ca/research-type/reports [Accessed 6th February 2021].

  6. Longman Marcellin R, Scheim A, Bauer G, Redman N. Experiences of racism among trans people in Ontario. Trans PULSE e-Bulletin. 7 Mar 2013;3(1). Available from: http://www.transpulseproject.ca [Accessed 6th February 2021]

  7. Donato A.Trans Canadians Of Colour Face Increased Violence: National Research. Available from: https://www.huffingtonpost.ca/entry/trans-racism-canada-survey_ca_5faacb00c5b67c3259b36c0b [Accessed 6th February 2021]

  8. Halwani S. Ontario Human Rights Commission. Racial inequality in access to health care services. Available from:http://www.ohrc.on.ca/en/race-policy-dialogue-papers/racial-inequality-access-health-care-services [Accessed 27 Jan 2021].

  9. Etowa J, Wiens J, Bernard WT, Clow B. Determinants of Black women's health in rural and remote communities. Can J Nurs Res. 2007 Sep;39(3):56-76. Available from: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17970460/

  10. Public Health Agency of Canada.Social determinants and inequities in health for Black Canadians: A Snapshot. Available from:https://open.canada.ca/data/en/dataset/3b593726-9632-451a-beaf-e6b6bed4b37a [Accessed 28th January 2021].

  11. Gagné T, Veenstra G. Inequalities in Hypertension and Diabetes in Canada: Intersections between Racial Identity, Gender, and Income. Ethn Dis. 2017 Dec 7;27(4):371-378. doi: 10.18865/ed.27.4.371. [Accessed 6 Feb 2021].

  12. Kaufman JS, Dolman L, Rushani D, Cooper RS. The contribution of genomic research to explaining racial disparities in cardiovascular disease: a systematic review. Am J Epidemiol. 2015 Apr 1;181(7):464-72. doi: 10.1093/aje/kwu319.

  13. Dryden O, Nnorom O. Time to dismantle systemic anti-Black racism in medicine in Canada. CMAJ. 2021 Jan 11;193(2):E55-E57. doi: 10.1503/cmaj.201579.

  14. Francis A. The Toronto Star. Before COVID-19, inequity in healthcare was, in effect, a pandemic for Black communities. Here are five issues that need to be addressed. Available from: https://www.thestar.com/news/canada/2021/02/05/before-covid-19-inequity-in-healthcare-was-in-effect-a-pandemic-for-black-communities-here-are-five-issues-that-need-to-be-addressed.html [Accessed 5th February 2021].

  15. Woodgate RL, Busolo DS, Crockett M, Dean RA, Amaladas MR, Plourde PJ. A qualitative study on African immigrant and refugee families' experiences of accessing primary health care services in Manitoba, Canada: it's not easy! Int J Equity Health. 2017 Jan 9;16(1):5. doi: 10.1186/s12939-016-0510-x.

  16. Bougie O, Yap MI, Sikora L, Flaxman T, Singh S. Influence of race/ethnicity on prevalence and presentation of endometriosis: a systematic review and meta-analysis. BJOG. 2019 Aug;126(9):1104-1115. doi: 10.1111/1471-0528.15692.

  17. Canadian Women’s Health Network. Fibroids. Available from: https://www.cwhn.ca/en/node/40783 [Accessed 30th January 2021].

  18. Nnorom O, Findlay N, Lee-Foon NK, Jain AA, Ziegler CP, Scott FE, Rodney P, Lofters AK. Dying to Learn: A Scoping Review of Breast and Cervical Cancer Studies Focusing on Black Canadian Women. J Health Care Poor Underserved. 2019;30(4):1331-1359. Available from: doi: 10.1353/hpu.2019.0100.

  19. Iqbal J, Ginsburg O, Fischer HD, Austin PC, Creatore MI, Narod SA, Rochon PA. A Population-Based Cross-Sectional Study Comparing Breast Cancer Stage at Diagnosis between Immigrant and Canadian-Born Women in Ontario. Breast J. 2017 Sep;23(5):525-536. doi: 10.1111/tbj.12785.

  20. Kisely S, Terashima M, Langille D. A population-based analysis of the health experience of African Nova Scotians. CMAJ. 2008 Sep 23;179(7):653-8. doi: 10.1503/cmaj.071279.

  21. Veenstra G. Racialized identity and health in Canada: results from a nationally representative survey. Soc Sci Med. 2009 Aug;69(4):538-42. doi: 10.1016/j.socscimed.2009.06.009.

  22. Petersen EE, Davis NL, Goodman D, Cox S, Mayes N, Johnston E, Syverson C, Seed K, Shapiro-Mendoza CK, Callaghan WM, Barfield W. Vital Signs: Pregnancy-Related Deaths, United States, 2011-2015, and Strategies for Prevention, 13 States, 2013-2017. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2019 May 10;68(18):423-429. doi: 10.15585/mmwr.mm6818e1.

  23. Hoffman KM, Trawalter S, Axt JR, Oliver MN. Racial bias in pain assessment and treatment recommendations, and false beliefs about biological differences between blacks and whites. Proc Natl Acad Sci U S A. 2016 Apr 19;113(16):4296-301. doi: 10.1073/pnas.1516047113.

  24. Iroanyah N, Cyr M. Navigating systemic racism in Canadian healthcare. Available from: https://healthydebate.ca/2020/07/topic/navigating-systemic-racism [Accessed 30th January 2021].

  25. Etowa JB, Beagan BL, Eghan F, Bernard WT. "You feel you have to be made of steel": The strong Black woman, health, and well-being in Nova Scotia. Health Care Women Int. 2017 Apr;38(4):379-393. doi: 10.1080/07399332.2017.1290099.

  26. Black Health Alliance. Health inequities. Available from:https://blackhealthalliance.ca/home/health-inequities/ [Accessed 6th February 2021].

  27. Scheim A, Zong X, Giblon R, Bauer GR. Disparities in access to family physicians among transgender people in Ontario, Canada. International Journal of Transgenderism. 2017;18(3):343-352. doi: 10.1080/15532739.2017.1323069

  28. Smart BD, Mann-Jackson L, Alonzo J, Tanner AE, Garcia M, Aviles LR, Rhodes SD. Transgender women of color in the U.S. South: A qualitative study of social determinants of health and healthcare perspectives. International Journal of Transgender Health. 2020. doi: 10.1080/26895269.2020.1848691

  29. Cénat JM. How to provide anti-racist mental health care. Lancet Psychiatry. 2020 Nov;7(11):929-931. doi: 10.1016/S2215-0366(20)30309-6.

  30. UN Human Rights Council. Report of the working group of experts on people of African descent on its nineteenth and twentieth sessions. Report number: 9, 2017.

  31. CBC News. Toronto will start tracking race-based COVID-19 data, even if province won’t. Available from:https://www.cbc.ca/news/canada/toronto/toronto-covid-19-race-based-data-1.5540937 [Accessed 30th January 2021].

  32. Francis A. The Toronto Star. Students craved a lesson in understanding anti-Black racism. So four Toronto teachers made a course. Available from: https://www.thestar.com/news/gta/2021/01/25/students-craved-a-lesson-in-understanding-anti-black-racism-so-four-toronto-teachers-made-a-course.html [Accessed 25th January 2021]

  33. CBC News. TDSB to offer anti-Black racism course for Grade 12 students at 7 schools next year. Available from: https://www.cbc.ca/news/canada/toronto/toronto-district-school-board-anti-black-racism-course-grade-12-secondary-schools-1.5898585 [Accessed 3rd February 2021].



19 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page