top of page

Contraceptifs d’urgence : De quoi s’agit-il et comment puis‑je m’en procurer?

Dernière mise à jour : 21 août 2023

Résumé : Trois types d’options contraceptives d’urgence par voie orale (pilules de lévonorgestrel, méthode Yupze et Ella), en plus du dispositif intra-utérin en cuivre (DIU), sont disponibles au Canada. Des méthodes contraceptives d’urgence (CU) existent afin de prévenir les grossesses non désirées chez les personnes qui ovulent lorsqu’un rapport sexuel réceptif non protégé a eu lieu entre des personnes qui ont une anatomie interne qui leur permet de concevoir. Cet article traite de chacune des méthodes de CU en détail, pour expliquer leurs différences, leurs avantages et leurs inconvénients.

Contraceptifs d’urgence

La contraception d’urgence (CU) fait référence aux méthodes utilisées pour prévenir les grossesses non désirées chez les personnes qui ovulent lorsqu’un rapport sexuel pénien-vaginal non protégé et réceptif s’est produit entre des personnes dont l’anatomie interne leur permet de concevoir (1). Il est important de garder à l’esprit que les méthodes de CU peuvent être utilisées même si l’on n’est pas certain qu’une éjaculation se soit produite. Le liquide pré-éjaculatoire peut contenir du sperme, et bien que les recherches ne démontrent pas clairement que le sperme peut se déplacer et qu’une grossesse peut ainsi se produire, il n’y a aucun mal à employer des méthodes de CU par mesure de sécurité (2).


Cet article ne peut se substituer à un avis médical. L’objectif de cet article est de vous fournir des informations scientifiques sur les méthodes de CU, pour mieux guider les conversations que vous avez avec votre professionnel de la santé, et au final les décisions que vous prenez. Votre médecin et vous devriez faire équipe pour choisir les méthodes contraceptives adaptées à vos besoins personnels. Dans cette optique, cet article traitera spécifiquement des sujets suivants :

Remarque : Cet article traite du cycle menstruel. Si vous avez besoin de rafraîchir vos connaissances sur ce phénomène physiologique, vous pouvez lire cet article.


Quand se procurer des contraceptifs d’urgence

Les contraceptifs d’urgence doivent être obtenus le plus tôt possible après le rapport sexuel pénien-vaginal non protégé (3). Le sperme peut survivre jusqu’à cinq jours dans l’appareil reproducteur. Des mesures doivent donc être prises dans ce laps de temps. Des CU devraient être pris dans certaines situations dont notamment (mais sans s’y limiter) :

  • rapport pénien-vaginal non protégé

  • utilisation incorrecte de méthodes contraceptives comme :

    • déplacement, déchirure ou retrait prématuré de condoms, diaphragmes ou capes cervicales

    • utilisation incorrecte de contraceptifs oraux :

      • oubli consécutif de trois prises ou plus de contraceptifs oraux

      • prise d’une pilule à faible dose trois heures plus tard que l’heure habituelle ou oubli de prendre une pilule à faible dose un jour

    • le stérilet est périmé ou est tombé

    • mauvais calcul/avoir un rapport sexuel pénien-vaginal durant la période fertile, si le suivi de fertilité est le principal moyen de contraception

  • agression sexuelle

Types de contraception d’urgence offerts

Au Canada, il y a quatre options en vente libre de contraceptifs d’urgence (4, 5). Celles-ci comprennent les Plan B, Norlevo, Option 2 et Next Choice – qui sont tous des contraceptifs d’urgence dont l’agent actif est le lévonorgestrel (LNG). Vous pouvez l’obtenir par l’entremise de votre pharmacie locale, sans avoir à présenter une pièce d’identité ou une ordonnance (6). Ces options sont disponibles à la vente à toute personne, peu importe son sexe. On ne devrait d’ailleurs pas vous demander de révéler votre orientation sexuelle au moment de l’achat. Si tel est le cas, votre réponse ne devrait pas vous empêcher de pouvoir vous en procurer en vente libre. Si vous ne vous sentez pas à l’aise au moment de divulguer de l’information concernant votre identité de genre, n’oubliez pas que vous avez le droit de refuser de la partager.


Bien qu’il soit difficile de trouver de l’information qui soit publiée sur les coûts de la contraception d’urgence – vous pouvez généralement vous attendre à débourser entre 15 $ et 60 $ pour l’obtenir (7). Si vous avez accès à une clinique spécialisée en santé sexuelle, vous pourriez être en mesure de bénéficier d’un prix subventionné (5).


Il existe aussi des options avec ordonnance que vous pouvez obtenir par l’entremise de votre médecin. Les contraceptifs se déclinent en deux variantes – 1) la méthode Yuzpe et 2) l’acétate d’ulipristal (Ella ®) (7). Les stérilets en cuivre sont aussi une possibilité. Ils ont l’avantage de fournir en plus une méthode de contraception à long terme. Toutes ces options sont abordées plus en profondeur ci-dessous.


Veuillez noter que même si toutes ces options peuvent efficacement prévenir les grossesses, aucune ne protège contre les infections transmises sexuellement.


Contraception d’urgence à base de lévonorgestrel (LNG) : Plan B, Norlevo, Option 2, Next Choice

Les contraceptifs d’urgence LNG sont largement considérés comme étant la référence en matière de contraception d’urgence étant donné qu’ils sont très efficaces, bien tolérés et minimalement invasifs (8). Ces contraceptifs sont vendus sans ordonnance à votre pharmacie locale en une dose de 1,5 mg ou deux doses de 0,75 mg que vous prenez dans un intervalle de 12 heures (6). Ils sont considérés comme étant efficaces jusqu’à 72 heures après un rapport sexuel pénien-vaginal – des études démontrent une efficacité de 97,8 % contre les grossesses potentielles durant ce délai (4, 8). Les contraceptifs d’urgence LNG sont néanmoins plus efficaces plus ils sont pris rapidement après le rapport sexuel pénien-vaginal non protégé; il est donc important de se les procurer aussi rapidement que possible.


Les effets secondaires sont rares lors de la prise de contraceptifs d’urgence LNG, mais parmi les effets secondaires communs on compte la nausée, les gonflements, les maux de tête, les étourdissements, les crampes et le déclenchement/l’arrêt anormal des menstruations.


Le mode d’action des contraceptifs d’urgence LNG consiste à prévenir l’ovulation (9). Sans ovulation, l’ovule n’est pas libéré dans les trompes de Fallope et le sperme ne peut donc pas atteindre l’ovule pour le féconder. Les chercheurs ne savent pas encore vraiment comment les contraceptifs d’urgence LNG arrivent à prévenir l’ovulation (8, 9).


Il a été démontré que les contraceptifs d’urgence LNG sont moins efficaces s’ils sont pris après la montée d’hormone lutéinisante (LH) au cours du cycle ovarien (10). D’autres moyens pourraient néanmoins être mis à contribution – comme une réduction de la motilité des spermatozoïdes – cela indique qu’il pourrait être profitable de le prendre peu importe où vous en êtes dans votre cycle puisqu’il y a une chance que cela fonctionne (3, 9). La montée d’hormone lutéinisante provoque l’ovulation (la libération de l’ovule par l’ovaire) (11). C’est la raison pour laquelle les CU LNG pourraient être moins efficaces si l’ovulation a déjà eu lieu. Si vous effectuez le suivi de votre cycle, vous pourriez avoir une meilleure idée où vous vous situez dans votre cycle ovarien, et cela vous aidera à décider si les CU LNG risquent de fonctionner ou si vous devriez opter pour un CU sous ordonnance. Les CU LNG n’ont pas de conséquences si l’embryon est déjà implanté (8). Ne paniquez pas si vous prenez un CU LNG après l’implantation! La pilule ne causera pas de fausse couche et ne nuira pas à l’embryon.


Il y a certains points importants à considérer lors de la prise de contraceptifs d’urgence LNG. Premièrement, les contraceptifs d’urgence LNG pourraient être moins efficaces si vous pesez plus de 75 kg (165 lb). Ils sont considérés comme étant totalement inefficaces si vous pesez plus de 79 kg (175 lb) (7). Si vous faites partie de cette catégorie – continuez votre lecture, plusieurs autres options efficaces s’offrent à vous! Deuxièmement, ces pilules sont souvent appelées « pilules du lendemain ». Il s’agit d’une affirmation erronée, car comme nous l’avons mentionné, elles doivent être prises aussitôt que possible après le rapport pénien-vaginal non protégé (8). Les contraceptifs d’urgence LNG sont plus efficaces à prévenir les grossesses si vous les prenez le plus tôt possible. Si vous savez que vous allez avoir un rapport sexuel pénien-vaginal non protégé, vous pourriez même prendre le contraceptif d’urgence LNG avant!


Méthode Yuzpe : LNG et œstrogène

La méthode Yuzpe qui a vu le jour dans les années 60 est la première forme de CU orale à avoir été offerte (8). Cette méthode implique la prise d’un contraceptif oral combiné (COC) à une dose de LNG. La prise doit être répétée 12 heures plus tard. Il y a de nombreuses et différentes combinaisons et doses possibles, ce qui fait que cette méthode nécessite une ordonnance d’un médecin (6).


Les effets secondaires sont habituellement légers. Parmi ceux-ci on compte la nausée, des ballonnements, des crampes, des étourdissements et des modifications de votre cycle menstruel normal. Il a été démontré que la méthode Yuzpe était plus susceptible de causer des nausées et des vomissements que les contraceptifs d’urgence (8). Il s’agit habituellement d’une option de CU moins populaire parce qu’elle est moins efficace et plus susceptible de causer des effets secondaires que les autres options. Elle est néanmoins considérée comme une option valide en matière de CU.


On estime que cette méthode prévient les grossesses dans une proportion de 75 % (12). Il est important de noter que plus la prise est effectuée tôt après le rapport sexuel pénien-vaginal, plus elle est efficace. Cette efficacité ne dure que 72 heures (6). Ne vous inquiétez pas si ce délai est dépassé! Continuez votre lecture pour prendre connaissance d’autres options CU qui vous aideront à prévenir les grossesses après 72 heures.


Acétate d’ulipristal (UA) : Ella ®

L’acétate d’ulipristal est le contraceptif d’urgence le plus récent sur le marché, ayant obtenu l’autorisation de Santé Canada en 2015 (7). Contrairement aux contraceptifs LNG, ces pilules nécessitent une ordonnance (4, 5). Ce contraceptif d’urgence est pris en dose unique de 30 mg (6, 8). L’acétate d’ulipristal est l’option en comprimé la plus efficace avec un taux de réussite de 98,7 % (4). Parmi les autres avantages de l’acétate d’ulipristal, il convient de noter qu’il est efficace jusqu’à cinq jours après une urgence contraceptive, et qu’il n’existe aucune restriction pondérale connue ayant une incidence sur son efficacité (4).


Comme pour les contraceptifs LNG, les effets secondaires découlant de la prise d’acétate d’ulipristal sont rares et habituellement légers (8). Les effets secondaires potentiels de l’acétate d’ulipristal sont les mêmes que pour les contraceptifs d’urgence LNG.

L’acétate d’ulipristal agit sur les récepteurs de progestérone en 1) imitant les effets de la progestérone ou 2) en neutralisant les effets de la progestérone selon le stade où vous vous situez dans votre cycle ovarien (8). Le mode d’action de l’UA pour prévenir les grossesses n’a pas encore été clairement établi, mais la recherche actuelle suggère que ses effets sur les récepteurs de progestérone (c.-à-d. des sites où la progestérone peut se lier dans le corps) peuvent empêcher l’ovulation ou modifier l’endomètre de telle façon qu’il ne puisse pas permettre une implantation (10). Contrairement aux contraceptifs LNG, les contraceptifs d’acétate d’ulipristal sont efficaces même après la montée d’hormone lutéinisante, possiblement en raison de son effet sur la muqueuse utérine. Par contre, tout comme les contraceptifs à base d’hormone luténéisante, les contraceptifs d’acétate d’ulipristal ne sont pas efficaces après l’implantation. Ils n’auront pas de répercussions sur la grossesse et ne causeront pas de fausse couche. Des études menées sur des animaux ont aussi indiqué que l’acétate d’ulipristal n’accroît pas les risques de malformations congénitales chez les bébés qui y ont été exposés in utero. Il faut néanmoins noter que si vous prenez un contraceptif à base d’acétate d’ulipristal pendant l’allaitement, il est important de jeter tout lait produit et de ne pas allaiter pendant une semaine après la prise de la pilule.


Si vous utilisez régulièrement un contraceptif à base de progestine, comme la « pilule à faible dose », il est important de savoir que la prise d’acétate d’ulipristal pourrait avoir un impact sur l’efficacité de celui-ci pendant plusieurs jours qui suivent. Cela peut se produire parce que la pilule à faible dose et l’acétate d’ulipristal exercent tous deux leur action par l’entremise des récepteurs de progestérone. Si l’acétate d’ulipristal agit déjà sur ces récepteurs, la progestine du contraceptif pourrait ne pas pouvoir exercer ses effets. Dans cette optique, des précautions supplémentaires doivent être prises si vous choisissez d’avoir un rapport sexuel pénien-vaginal moins de quelques jours après la prise d’acétate d’ulipristal.


Stérilet en cuivre comme CU

Le stérilet en cuivre est le CU le plus efficace, mais habituellement celui le moins populaire. Nombreux sont ceux qui ne sont pas au courant que le stérilet en cuivre peut être utilisé comme CU, et ils passent par conséquent à côté d’une excellente option CU (13). S’il est inséré dans un délai de cinq jours après un rapport non protégé, un stérilet en cuivre prévient la grossesse dans une proportion de 99 % (6, 10). Il est aussi très efficace à n’importe quelle période du cycle ovarien, contrairement aux pilules LNG. Le stérilet en cuivre présente l’avantage de fournir une contraception à long terme – entre trois et dix ans, selon celui que vous choisissez (14).


Les stérilets en cuivre libèrent des ions de cuivre – impliqués dans les processus physiologiques normaux – qui servent à empêcher la grossesse de deux façons possibles (13). Leur efficacité avant la fécondation tient au fait qu’ils perturbent la fonction spermatique. Le sperme peine alors à atteindre l’ovule et à le fertiliser.


Si la fécondation s’est produite, les ions de cuivre rendent la muqueuse utérine non réceptive pour un ovule fertilisé. Pour que l’ovule devienne un fœtus, il doit pouvoir s’implanter dans la muqueuse utérine. Il existe aussi une théorie voulant que les stérilets en cuivre causent une réaction inflammatoire qui peut aussi empêcher l’implantation de l’ovule fertilisé.


Si vous envisagez de porter un stérilet en cuivre – consultez cet article de mon amie, Kayla Benjamin.


Contraception d’urgence pour hommes transgenres

Cette section contient de l’information importante pour les hommes transgenres qui n’ont pas subi une opération des parties génitales de réattribution sexuelle (c.-à-d. l’ablation de l’utérus ou des ovaires) et qui ont eu un rapport sexuel pénien-vaginal. Si vous recevez un traitement hormonal substitutif à base de testostérone, vos menstruations risquent de cesser. Par contre, même sans vos menstruations mensuelles, un risque que l’ovulation se produise et qu’une grossesse survienne subsiste (15). Si tel est votre cas, il est important d’obtenir un CU si vous avez eu un rapport sexuel pénien-vaginal non protégé. Ne vous inquiétez pas. Les contraceptifs d’urgence et le stérilet en cuivre n’auront pas d’effets féminisants sur le corps. Le stérilet en cuivre est une bonne option si vous avez régulièrement des rapports péniens-vaginaux non protégés, mais la procédure d’insertion et les saignements après l’insertion pourraient déclencher un trouble dysphorique de genre. Ultimement, c’est à vous qu’il revient de choisir le CU qui vous convient! Si vous avez subi une chirurgie d’affirmation de genre au bas du corps, vous n’êtes pas à risque de grossesse!


† Les personnes qui ovulent sont nées avec un utérus, des ovaires, des trompes de Fallope, et produisent les hormones nécessaires pour avoir une ovulation et des menstruations.


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !


Références

  1. Cameron ST, Li HWR, Gemzell-Danielsson. Current controversies with oral emergenc .contraception. BJOG [Internet]. 2017 Jun [cited 2021 Apr]; 124(13): 1948-56. Retrieved from: https://obgyn.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/1471-0528.14773?casa_token=PfNuqiJY7e8AAAAA%3AhFEt2Vyu7xFnSseuenolBZ9vgsrRiI4Gk9KLhYNOL5S3JQCrzrkz

  2. Kelly MC. Pre-ejaculate fluid in the context of sexual assault: a review of the literature from a clinical forensic medicine perspective. Forensic Science International [Internet]. 2021 Jan [cited 2021 Apr]; 318. Retrieved from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0379073820304588?casa_token=CqB54kl7HvAAAAAA:SDkcK2Ad40TljZXnf1QGlFv4ZRiVnJIQXxNPiVKSfHNMndn-DINmbEC1WPDnpJ2q5HRqFLGc

  3. Hapangama D, Glasier AF, Baird DT. The effects of peri-ovulatory administration of levonorgestrel on the menstrual cycle. 2001 Mar [cited 2021 Apr]; 63(3):123-9. Retrieved from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S001078240100186X?casa_token=BVSag9cteR4AAAAA:1QvH1mGkpwIoSDcy9BzqvEmEGqiPCFGzVK-E1xnf_xiy_ZtgD7JDqOQDVRJp59NM9bsQWkm0

  4. Chao Y, Frey N. Ulipristal versus levonorgestrel for emergency contraception: a review of comparative clinical effectiveness and guidelines. CADTH [Internet]. 2018 Nov [cited 2021 Apr]. Retrieved from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK538737/

  5. The Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada. Emergency contraception. Sex & U. Retrieved from: https://www.sexandu.ca/contraception/emergency-contraception/

  6. World Health Organization. Emergency contraception. WHO Fact sheets [Internet]. 2018 Feb [cited 2021 Apr]. Retrieved from: https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/emergency-contraception

  7. Chaumont A, Foster AM. The not so over-the-counter status of emergency contraception in Ontario: a mixed methods study with pharmacists. Facets [Internet]. 2017 May [cited 2021 Apr]. Retrieved from: https://www.facetsjournal.com/doi/full/10.1139/facets-2017-0024

  8. Matyanga CMJ, Dzingairai B. Clinical pharmacology of hormonal emergency contraceptive pills. International Journal of Reproductive Medicine [Internet]. 2018 Oct [cited 2021 Apr]. Retrieved from: https://www.hindawi.com/journals/ijrmed/2018/2785839/

  9. Durand M, Cravioto MC, Raymond EG, et al. On the mechanisms of action of short-term levonorgestrel administration in emergency contraception. Contraception [Internet]. 2001 Oct [cited 2021 Apr]; 64(4): 227-34. Retrieved from: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0010782401002505?casa_token=d1MxNdbaC3UAAAAA:lghG8vsZpOj3N5nhyNW37I2Qd6F9Xo1849Hhq2w4-7XmCAgGz9Qd9P0-tCFgeqWUJFNX7vTM

  10. Cleland K, Raymond EG, Westley E, Trussel J. Emergency contraception review: evidence-based recommendations for clinicians. Clin Obstet Glynecol [Internet]. 2014 Dec [cited 2021 Apr]; 57(4): 741-50. Retrieved from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4216625/

  11. Thiyagarajan DK, BAsit H, Jeanmonod R. Physiology, Menstrual Cycle. StatPearls [Internet]. 2020 Sept [cited 20201 Apr]. Retrieved from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK500020/#article-24987.s3

  12. Trussel J, Rodriguez G, Ellertson C. Updated estimates of the effectiveness of the Yuzpe regimen of emergency contraception. Contraception [Internet]. 1999 Mar [cited 2021 Apr]; 59(3): 147-51. Retrieved from: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10382076/

  13. Turok DK, Godfrey EM, Wojdyla D, Dermish A, Torres L, Wu SC. Copper T380 intrauterine device for emergency contraception: highly effective at any time in the menstrual cycle. Human Reproduction [Internet]. 2013 Oct [2021 Apr]; 28(10):2673-76. Retrieved from: https://academic.oup.com/humrep/article/28/10/2672/622225?login=true

  14. Healthwise Staff. Intrauterine device (IUD) for Birth Control. MyHealth.Alberta.ca. 2020 Feb [cited 2021 Apr]. Retrieved from: https://myhealth.alberta.ca/Health/Pages/conditions.aspx?hwid=tw9516

  15. Harris M, Cleland K. Clinical minute: Emergency contraception for transgender or gender nonbinary patients. Besider Providers. 2020 Dec [cited 2021 Apr]. Retrieved from: https://providers.bedsider.org/articles/clinical-minute-emergency-contraception-for-transgender-or-gender-nonbinary-patients

31 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page