top of page

Pouvez-vous sauter vos pilules de sucre?

Dernière mise à jour : 21 août 2023

Illustré par Hannah Boonstra, B.Sc. Sommaire : Oui, les recherches ont révélé que vous pouvez sauter vos pilules de sucre. Poursuivez votre lecture pour approfondir vos connaissances de la recherche sur le fait de sauter les pilules de sucre, ainsi que sur les bienfaits et les inconvénients que cela peut entraîner.

Je suis une femme blanche cisgenre vivant sur le territoire traditionnel, ancestral et non cédé des peuples Salish de la Côte, Musqueam, Tsleil-Waututh, Squamish, Stó:lō, Stz’uminus, dans ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de Vancouver (C.-B.). L’objectif de cet article est de fournir des réponses claires et scientifiquement étayées concernant les pilules contraceptives orales (PCO) et leur utilisation. Cet article vise à fournir des informations claires à toutes les consommatrices de PCO, mais il est important de noter que les consommatrices de PCO de race noire, autochtones, de couleur (PANDC), transgenres, non binaires et au genre fluide ont été historiquement sous-représentées dans la recherche sur les PCO. Je reconnais que mon expérience en tant que femme blanche cisgenre influence la façon dont j’interprète les recherches sur les PCO, et j’espère toujours apprendre de mes erreurs dans le cas où je commettrais une erreur ou représenterais mal les faits. Je tiens également à souligner que je ne suis pas une professionnelle de la santé, et que le contenu de cet article constitue un résumé de publications académiques pertinentes. Merci d’avoir pris le temps de me lire! :)


Les pilules contraceptives orales (PCO), aussi appelées pilules anticonceptionnelles, sont l’une des méthodes contraceptives hormonales les plus courantes, utilisées par plus de 150 millions de femmes dans le monde (1*). Les PCO peuvent être utilisées par des personnes ayant des utérus, quelle que soit leur identité de genre, ainsi que par des personnes recevant une thérapie hormonale d’affirmation du genre (p. ex., de la testostérone) (2). La plupart des utilisatrices de PCO prennent quotidiennement pendant 21 jours un contraceptif oral (CO) qui contient une combinaison d’hormones synthétiques (œstrogène et progestine). Chacune des marques de PCO a une durée de cycle différente. Les cycles varient de 21 à 84 jours (3). Outre les pilules « actives », la plupart des PCO comprennent des pilules de « sucre », ou placebo, qui ne contiennent pas d’hormones actives. Une fois que toutes les pilules« actives »ont été consommées, des saignements se produisent. Que se passe-t-il si vous ne prenez pas ces pilules de sucre? Pouvez-vous sauter vos règles?


À l’origine, les PCO ne comprenaient pas de pilules de sucre. À l’époque, on demandait aux femmes de prendre les pilules pendant trois semaines, puis de faire une pause d’une semaine pour que les saignements se produisent, afin d’imiter un « cycle menstruel naturel ». Des pilules de sucre ont été ajoutées à ce régime pour s’assurer que les consommatrices n’oublieraient pas de prendre leurs pilules. Cependant, le saignement qui se produit pendant la semaine d’ingestion des pilules de sucre ne constitue pas de vraies règles d’un point de vue physiologique (c’est-à-dire, l’excrétion de la muqueuse utérine). Il s’agit en fait de ce que l’on appelle un « saignement de retrait », dû au manque d’hormones (4). D’un point de vue médical, il n’existe aucune raison de subir des saignements de retrait tous les mois (vous pouvez lire davantage sur l’historique dans cet article*) (5). Néanmoins, les pilules de sucre se sont imposées comme un moyen d’aider les consommatrices de PCO à conserver la routine de prise d’une pilule chaque jour, et certaines marques incluent des suppléments alimentaires dans les pilules de sucre, du fer par exemple (6).


Que faut-il faire si on veut sortir et passer un bon moment sans avoir à emporter tous ses produits menstruels, comme un écureuil qui se préparerait pour l’hiver? Cela pose-t-il problème si je saute mes pilules de sucre et que je prends des pilules actives? Ma muqueuse utérine va-t-elle s’accumuler et vais-je saigner abondamment lorsque je prendrai finalement les pilules de sucre? Ne craignez rien! Vous ne saignerez pas les chutes du Niagara. La progestine, l’une des hormones de la pilule, empêche la muqueuse utérine, ou l’endomètre, de s’accumuler indéfiniment tout au long de votre cycle. Plusieurs études ont testé la consommation continue de PCO, confirmant leur efficacité en matière de planification des naissances et leur innocuité (consultez la section 3*). Chez la plupart des participantes, le problème le plus fréquent suite à une consommation continue de PCO était des métrorragies durant les trois premiers mois. La consommation continue de PCO peut progressivement épaissir la muqueuse utérine, qui peut se détacher sous la forme de microrragies. Cependant, à la fin d’une année d’utilisation continue de la PCO, les métrorragies étaient nettement moins fréquentes (7*). Cela signifie simplement que vous pouvez vous retrouver avec des saignements irréguliers et légers les premiers mois où vous sautez les pilules de sucre.


Autant que vous continuiez de prendre votre dose quotidienne en suivant les directives de votre médecin, vous n’augmentez pas votre risque de grossesse, même lorsque vous sautez vos pilules de sucre. En fait, au cours de deux études ayant examiné la consommation prolongée de la PCO, celles qui en prenaient de manière continue ont vu une diminution du taux de grossesse par rapport aux personnes qui consommaient un cycle de pilules de sucre standard (8* à 9*). Cela pourrait être le résultat d’une meilleure observance (c’est-à-dire que vous prenez l’habitude de prendre la pilule tous les jours, alors qu’avec les pilules de sucre, cela n’a pas d’importance si vous les sautez). En outre, des niveaux d’hormones constants ne donnent pas lieu à une ovulation accidentelle. Ouf!

Également, certains avantages de l’utilisation continue de PCO actives (c.-à-d., sauter vos pilules de sucre) peuvent inclure une diminution de l’incidence des douleurs pelviennes, des maux de tête, des ballonnements, de la sensibilité au niveau des seins (pour celles qui éprouvent habituellement ces symptômes pendant la semaine de prise des pilules de sucre). En outre, la consommation continue de PCO peut aider à gérer les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), de l’endométriose et du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) (10*).


Les inconvénients possibles de la consommation continue de la PCO n’ont pas été identifiés, car les chercheurs disposent de peu de données concernant leur innocuité à long terme. Cependant, lors d’un examen systématique des recherches sur la consommation continue de PCO, on a constaté qu’une telle consommation s’est révélée aussi sûre que la consommation de PCO selon un cycle standard (11*). Également, les recherches n’ont pas révélé d’impact notable suite à la consommation continue de la PCO sur la fertilité (12*). Par contre, les métrorragies peuvent être ennuyeuses si vous décidez un jour de porter un pantalon blanc, quoique cela dépendra de vous, de votre corps et de votre pilule (3).


En matière de coûts, si vous sautez vos pilules de sucre, vous devrez vous procurer davantage de PCO, car vous prendrez plus de comprimés par année. Cependant, vous économiserez davantage sur les produits hygiéniques et risquez de moins vous absenter du travail. Il s’agit là d’une analyse personnelle coûts-bénéfices à considérer (10).

Finalement, la science semble suggérer que le fait de ne pas saigner tous les mois constitue une option viable pour toutes celles qui ont un utérus!


Apprenez la différence entre les pilules contraceptives et les hormones et comment les prendre correctement.


* Ces sources ne précisent pas l’identité de genre des femmes qui ont participé à l’étude. L’historique de la participation nous amène à croire que seules les femmes cisgenres ont été incluses.



Si vous avez des commentaires sur cet article ou sur tout autre article rédigé par missINFORMED, veuillez nous contacter à info@missinformed.ca. Nous apprécions et encourageons tous les commentaires, car ils contribuent à la croissance et à l’évolution de notre organisation.


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !



References

  1. United Nations. Contraceptive Use by Method 2019: Data Booklet [Internet]. UN; 2019. Available from: https://www.un-ilibrary.org/population-and-demography/contraceptive-use-by-method-2019_1bd58a10-en

  2. Light A, Wang L-F, Zeymo A, Gomez-Lobo V. Family planning and contraception use in transgender men. Contraception. 2018 Oct;98(4):266–9.

  3. Wright KP, Johnson JV. Evaluation of extended and continuous use oral contraceptives. Ther Clin Risk Manag. 2008 Oct;4(5):905–11.

  4. Bleeding on the birth control pill [Internet]. [cited 2021 Jan 17]. Available from: https://helloclue.com/articles/sex/pill-your-period

  5. FSRH Clinical Guideline: Combined Hormonal Contraception (January 2019, Amended November 2020) - Faculty of Sexual and Reproductive Healthcare [Internet]. [cited 2021 Jan 17]. Available from: https://www.fsrh.org/standards-and-guidance/documents/combined-hormonal-contraception

  6. How to Use Birth Control Pills | Follow Easy Instructions [Internet]. [cited 2021 Jan 4]. Available from: https://www.plannedparenthood.org/learn/birth-control/birth-control-pill/how-do-i-use-the-birth-control-pill

  7. Miller L, Notter KM. Menstrual reduction with extended use of combination oral contraceptive pills: randomized controlled trial. Obstet Gynecol. 2001 Nov;98(5 Pt 1):771–8

  8. Anderson FD, Hait H. A multicenter, randomized study of an extended cycle oral contraceptive. Contraception. 2003 Aug;68(2):89–96.

  9. Coutinho EM, O’Dwyer E, Barbosa IC, Zhi-Ping G, Shaaban MM, Aboul-Oyoon M, et al. Comparative study on intermittent versus continuous use of a contraceptive pill administered by vaginal route. Contraception. 1995 Jun 1;51(6):355–8.

  10. Canadian Contraception Consensus. Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada. 2004 Mar;26(3):219–54.

  11. Edelman A, Micks E, Gallo MF, Jensen JT, Grimes DA. Continuous or extended cycle vs. cyclic use of combined hormonal contraceptives for contraception. Cochrane Database of Systematic Reviews [Internet]. 2014 [cited 2021 Jan 4];(7). Available from: https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD004695.pub3/full

  12. Barnhart K, Mirkin S, Grubb G, Constantine G. Return to fertility after cessation of a continuous oral contraceptive. Fertility and Sterility. 2009 May 1;91(5):1654–6.


396 vues0 commentaire

コメント


コメント機能がオフになっています。
bottom of page