top of page

Quelle est la différence entre l'adénomyose et l'endométriose?

Dernière mise à jour : 21 août 2023


L'adénomyose et l'endométriose sont des conditions qui affectent le tissu qui tapisse la paroi utérine (c'est-à-dire, l'endomètre) (1,2). La cause biologique de ces deux conditions demeure toutefois inconnue, mais elles sont associées à la stérilité et présentent des symptômes communs.


Les deux conditions peuvent coexister: une personne peut être atteinte à la fois d'adénomyose et d’endométriose (3,4).


Cet article examinera les éléments suivants pour les deux conditions:

  • La description de la maladie

  • Ce qui se passe pendant les règles

  • Les symptômes

  • La diagnostique

  • La gestion des symptômes/ de la maladie.

  • La prévalence

  • Un avis de non-responsabilité concernant les recherches produites.


Remarque : les termes " muqueuse utérine ", " endomètre " et " muqueuse endométriale " sont équivalents. Ils désignent tous la couche de tissu qui tapisse les parois internes de l'utérus.


Avertissement concernant la recherche

Ce document rend compte de la recherche sur l'adénomyose et l'endométriose telle qu'elle existe aujourd'hui. Cependant, nous devons reconnaître que l'adénomyose et l'endométriose font l'objet d'un nombre insuffisant de recherches et de diagnostics, ce qui limite notre compréhension actuelle de ces affections. Je ne veux pas que cet article soit perçu comme une vérité objective ou qu'il perpétue par inadvertance une vision incomplète de ces maladies complexes. Voici quelques considérations :


a. Ces deux pathologies nécessitent des procédures invasives pour le diagnostic et le traitement. Cela reflète l'insuffisance de la recherche pour développer de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement. Cela ne reflète pas le "mystère" ou "l'énigme" du "corps féminin".


b. Le fait que l'adénomyose et l'endométriose sont rarement diagnostiquées avant la puberté ou après la ménopause ne signifie pas qu'elles ne peuvent pas se manifester à ces moments-là. Nous ne devons pas considérer que les symptômes qui indiquent une adénomyose et/ou une endométriose ne sont pas l'une ou l'autre de ces maladies simplement en raison de l'âge ou de l'étape de la vie au moment de leur apparition.


c. Les deux conditions s'atténuent ou disparaissent avec la ménopause. En effet, les taux d'œstrogènes et de progestérone n'augmentent pas et ne fluctuent pas après la ménopause de manière aussi spectaculaire que pendant le cycle menstruel. Cependant, l'œstrogène et la progestérone continuent d'être produits par l'organisme même après la ménopause. Cela signifie que, pour certaines personnes, l'adénomyose et l'endométriose peuvent persister même après la ménopause. Cela ne doit pas être négligé et les symptômes présents après la ménopause ne doivent pas être invalidés.


d. Si l'adénomyose a surtout été diagnostiquée chez des femmes âgées, cela ne signifie pas que des femmes plus jeunes ne peuvent pas être atteintes de cette maladie. L'adénomyose est généralement diagnostiquée après une hystérectomie visant à retirer l'utérus. Étant donné que cette opération signifie que vous ne pouvez pas tomber enceinte, les jeunes femmes peuvent être moins enclines à subir cette procédure. Cela peut expliquer en partie pourquoi l'adénomyose n'est pas diagnostiquée chez les jeunes femmes. Ces données de prévalence sont susceptibles d'évoluer avec le développement de techniques de diagnostic plus avancées.


e. L'endométriose est moins souvent diagnostiquée chez les femmes noires. Cela ne signifie pas que les femmes noires sont moins susceptibles d'être atteintes d'endométriose. En fait, cet écart est probablement dû à la conception historique de l'endométriose comme une maladie de "femmes aisées, performantes et disposant d'une assurance maladie privée" (15). Historiquement, il s'est toujours agi de femmes blanches. Si l'on ajoute à cela les idées et les pratiques racistes qui minent la douleur chez les Noirs, il est plus probable que l'endométriose soit mal diagnostiquée chez les femmes noires. Les données relatives à la prévalence et au diagnostic de l'adénomyose ne sont pas suffisamment fondées sur la race.


f. Enfin, les deux études citées dans la section sur la prévalence de l'adénomyose présentent des résultats très différents. L'une rapporte une incidence de 1 % (Naftalin et al.), l'autre une incidence de 20 % (Yu et al.). Cette divergence peut s'expliquer de plusieurs façons. Tout d'abord, l'étude de Naftalin et al. a été menée dans le cadre d'un système d'assurance maladie hospitalier, tandis que celle de Yu et al. a été réalisée dans une clinique gynécologique. Les personnes qui se rendent dans une clinique gynécologique sont plus susceptibles de présenter des symptômes gynécologiques (tels que ceux associés à l'adénomyose) que celles qui se rendent à l'hôpital pour diverses affections. Deuxièmement, Naftalin et al. est une étude rétrospective dans laquelle les chercheurs ont recherché des diagnostics d'adénomyose dans les dossiers des patientes. D'autre part, Yu et al. est une étude prospective dans laquelle les femmes se sont présentées à la clinique avec des symptômes et ont été évaluées pour l'adénomyose par échographie. Cela signifie que les deux études ont des méthodes très différentes pour identifier l'adénomyose, ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi elles rapportent des valeurs d'incidence différentes. Les différences au niveau de la population étudiée, du nombre de participants, de la méthode de diagnostic et d'autres facteurs ont conduit à une prévalence de l'adénomyose comprise entre 5 et 70 % selon les études (16).


J'espère que les considérations ci-dessus ont montré comment la pratique clinique et les données cliniques peuvent interagir. Par exemple, si un prestataire de soins de santé pense que l'endométriose ne peut pas continuer/se produire après la ménopause, il sera moins enclin à penser que les symptômes semblables à l'endométriose présents après la ménopause sont en fait de l'endométriose. Cela peut entraîner des retards dans le diagnostic et le traitement. Si un chercheur de la clinique de ce prestataire de soins de santé étudie ensuite le nombre de personnes atteintes d'endométriose après la ménopause, il est possible qu'il rapporte un nombre artificiellement bas parce que le prestataire ne diagnostique pas la maladie en tant que telle. Cette recherche conforte alors le prestataire de soins dans l'idée que l'endométriose ne peut pas être présente après la ménopause. L'objectif de cet exemple simpliste et des autres considérations ci-dessus n'est pas d'invalider la recherche actuelle, mais de reconnaître les limites potentielles des données qui peuvent avoir un impact sur la pratique et les résultats des soins de santé pour les patients.


Toutes les sources, à l'exception de "14", ne précisent pas l'identité sexuelle. La représentation historique nous amène à penser que seules les personnes cis-genres ont été incluses.


Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire notre article ! Nous espérons que vous avez apprécié les efforts déployés pour vous le présenter aujourd’hui. En tant que petit organisme à but non-lucratif, nous dépendons fortement de dons généreux pour nous aider à rester à flot. Nous vous invitons à faire un don pour nous aider à fournir régulièrement des informations sur la santé aux jeunes de tout le Canada. Chaque don a un impact !


Les références

  1. Mayo Clinic. Adenomyosis. 2020 Jun 18. Available from: https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/adenomyosis/symptoms-causes/syc-20369138. [Accessed 2021 Mar 11].

  2. Mayo Clinic. Endometriosis. 2019 Oct 16. Available from: https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/endometriosis/symptoms-causes/syc-20354656. [Accessed 2021 Mar 11].

  3. Yu O, Schulze-Rath R, Grafton J, Hansen K, Scholes D, & Reed SD. Adenomyosis incidence, prevalence and treatment: United States population-based study 2006–2015. American Journal of Obstetrics & Gynecology. 2020; 223(1):P94.E1-94.E10. Available from: https://doi.org/10.1016/j.ajog.2020.01.016.

  4. Naftalin J, Hoo W, Pateman K, Mavrelos D, Holland T, & Jukovic D. How common is adenomyosis? A prospective study of prevalence using transvaginal ultrasound in a gynaecology clinic. Human Reproduction. 2012; 27(12):3432-3439. Available from: https://doi.org/10.1093/humrep/des332.

  5. Andres MP, Arcoverde FVL, Souza CCC, Fernandes LFC, Abrão MC, & Kho RM. Extrapelvic endometriosis: A systematic review. Journal of Minimally Invasive Gynecology. 2020; 27(2):373-389. Available from: https://doi.org/10.1016/j.jmig.2019.10.004.

  6. Parasar P, Ozcan P, Terry KL. Endometriosis: Epidemiology, diagnosis and clinical management. Current Obstetrics and Gynecology Reports. 2017; 6(1):34-41. Available from: https://doi.org/10.1007/s13669-017-0187-1.

  7. University of Michigan Medicine. Laparoscopic surgery for endometriosis. 2020 Jul 17. Available from: https://www.uofmhealth.org/health-library/hw101171. [Accessed 2021 Mar 11].

  8. Schrager S, Falleroni J & Edgoose J. Evaluation and treatment of endometriosis. American Family Physician. 2013; 87(2):107-113. Available from: https://www.aafp.org/afp/2013/0115/p107.html.

  9. Dietrich JE. An update on adenomyosis in the adolescent. Current Opinion in Obstetrics and Gynecology. 2010; 22(5): 388-392. Available from: https://doi.org/10.1097/GCO.0b013e32833cefaf.

  10. Vannuccini S & Petraglia F. Recent advances in understanding and managing adenomyosis. F1000 Research. 2019; 8. Available from: https://dx.doi.org/10.12688%2Ff1000research.17242.1.

  11. Mackenzie M & Royce C. Endometriosis: A Common and Commonly Missed and Delayed Diagnosis. U.S. Department of Health & Human Services. 2020 Jun. Available from: https://psnet.ahrq.gov/web-mm/endometriosis-common-and-commonly-missed-and-delayed-diagnosis#5. [Accessed 2021 Mar 19].

  12. Shafrir AL, Farland LV, Shah DK, Harris HR, Kvaskoff M, Zondervan K, et al. Risk for and consequences of endometriosis: A critical epidemiologic review. Best Practice & Research Clinical Obstetrics & Gynaecology. 2018; 15, 5-8. Available from: https://doi.org/10.1016/j.bpobgyn.2018.06.001.

  13. Bougie O, Yap MI, Sikora L, Flaxman T, & Singh S. Influence of race/ethnicity on prevalence and presentation of endometriosis: a systematic review and meta-analysis. British Journal of Obstetrics & Gynaecology. 2019; 126(9): 1104-1115. Available from: https://doi.org/10.1111/1471-0528.15692.

  14. Rei C, Williams T, & Felony M. Endometriosis in a man as a rare source of abdominal pain: A case report and review of the literature. Case Reports in Obstetrics and Gynecology. 2018, Article ID 2083121. Available from: https://doi.org/10.1155/2018/2083121.

  15. Farland LV & Horne AW. Disparity in endometriosis diagnoses between racial/ethnic groups. British Journal of Obstetrics & Gynaecology. 2019; 126(9): 1115-1116. Available from: https://doi.org/10.1111/1471-0528.15805.

  16. Graziano A, Monte GL, Piva I, Caserta D, Karner M, Engl B, et al. Diagnostic findings in adenomyosis: a pictorial review on the major concerns. European Review for Medical and Pharmacological Sciences. 2015; 19(7):1146-1154. Available from: https://www.europeanreview.org/article/8731.

20 vues0 commentaire

Opmerkingen


Opmerkingen zijn uitgezet.
bottom of page